Pourquoi empêcher les hommes homosexuels de donner leur sang?

Pour le député socialiste Bruno Lefebvre, l'interdiction faite à une catégorie d'individus de donner son sang est une discrimination.
Pour le député socialiste Bruno Lefebvre, l'interdiction faite à une catégorie d'individus de donner son sang est une discrimination. - © JEAN-PIERRE MULLER - AFP

Pour l'instant, en Belgique comme dans la plupart des pays, cette pratique n'est pas autorisée. Les hommes ayant des relations avec des autres hommes sont considérés comme appartenant à un groupe à haut risque de contamination du virus du sida. Un député wallon socialiste a déposé une proposition de résolution, pour que cesse cette forme de discrimination.

L'interdiction actuelle de don de sang vise les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes, qu'ils soient homosexuels ou bisexuels. Le député régional socialiste Bruno Lefebvre veut que ça change.

"La Belgique entretient une sorte de discrimination et un acte d’homophobie institutionnalisé en considérant que les rapports sexuels entre hommes présentent de facto un groupe à haut risque de contamination."

Viser le risque plutôt que l’orientation sexuelle

D'où cette proposition de résolution, visant à pointer des comportements sexuels à risque plutôt que des orientations sexuelles.

Une idée qui fait son chemin, mais qui ne fait pas encore l'unanimité. Car si tout le monde s'accorde sur le fait qu'il faut absolument éviter de stigmatiser une partie de la population, certains - au MR et au cdH - insistent sur le principe de précaution.

La Croix-Rouge plus mitigée

Une position ici résumée par le ministre wallon de la Santé, Maxime Prévot (cdH): "On n’a pas de problème, en tout cas en ce qui me concerne, et ce qui concerne le gouvernement wallon, de reconnaître qu’il s’agit là d’une discrimination qui, aujourd’hui, n’a plus de raison d’être, si ce n’est sur la réserve des enjeux de santé publique."

Point de vue en grande partie partagé par la Croix-Rouge qui veut se calquer sur les recommandations les plus récentes des experts, notamment ceux du Conseil Supérieur de la Santé, dont on attend prochainement un avis sollicité par le gouvernement fédéral, avis sur la possibilité d'élargir ou non le don de sang aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK