"Fabiola était un pion du franquisme": les archives espagnoles révélées

"Fabiola était un pion du franquisme": les archives espagnoles révélées
2 images
"Fabiola était un pion du franquisme": les archives espagnoles révélées - © Tous droits réservés

Un peu plus de deux mois après le décès à 86 ans de Fabiola, épouse de Baudouin et reine des Belges, l'historienne Anne Morelli publie un livre brûlot, dans lequel elle démontre les liens étroits qui liaient le couple royal à Franco, le dictateur espagnol. Voici les explications de l'auteure, qui était l'invitée ce lundi de notre journal télévisé. Elle démontre les liens étroits qui ont existé entre Fabiola et Franco, mais également entre ce dernier et Baudouin.

Si le livre qu'Anne Morelli publie ces jours-ci - "Fabiola, un pion sur l'échiquier de Franco" - a été écrit, c'est grâce aux archives espagnoles, et à celles de Franco. Mais il n'a pu bénéficier de l'accès aux archives du Palais royal. "Nous avons reçu un 'niet' en août dernier, et c'est pour cela que l'éditrice a programmé la sortie de l'ouvrage". Une sortie un peu différée, par respect après le décès de Fabiola en décembre dernier.

Cependant, "les archives espagnoles, et celles de Franco, sont très claires: Baudouin et Fabiola ont eu une relation très affectueuse avec le général Franco".

Les recherches menées dans ces archives, affirme l'historienne et professeure à l'ULB, ont permis de découvrir une série d'écrits qui témoignent de ce lien très proche entre celle qui fut la reine des Belges et le dictateur espagnol: des lettres à l'occasion d’anniversaires, des envois de fleurs...

Ces archives permettent également de se rendre compte de la proximité qui existait entre Baudouin et le Caudillo: "Des lettres commençaient par 'Cher Général', et se terminaient par 'Votre affectionné Baudouin'".

"Une relation troublante"

"C'est la preuve qu'entre le couple royal et Franco, il s'agissait d'une relation amicale plutôt que de relations diplomatiques", avance Anne Morelli, qui rappelle aussi que le couple va résider dans la villa de Franco en Espagne, être invité sur son yacht... "C'est une relation amicale intéressante, mais troublante, étant donné la personnalité de Franco", ajoute-t-elle.

Car, de 1939 à 1975, le général Franco sera, à la tête de l'Espagne après un coup d’État à l'issue de la sanglante guerre civile qui va mettre le pays à feu et à sang. Ami de Hitler et de Mussolini, le personnage réprimera violemment toute opposition, même sur son lit de mort.

Le couple royal était-il naïf, ou fermait-il les yeux sur les actes dictatoriaux du Caudillo? "Baudouin avait une position très conservatrice en politique, et aussi d'un point de vue religieux", explique Anne Morelli. "Il a donc tendance à la sympathie pour le régime franquiste, fortement appuyé par l’Église".

"Fabiola devait savoir"

Mais l'historienne ajoute que Baudouin et Fabiola ne pouvaient pas ignorer, non plus, que le régime franquiste n'était pas seulement un régime très catholique: "Ce régime appuyé par Hitler et par Mussolini, était un régime sanguinaire... Est-il possible de ne pas savoir qu’on exécute des prisonniers politiques? Fabiola devait savoir. A un moment elle était infirmière dans une prison ou il y avait des prisonniers politiques".

Et si certains pays, comme les États-Unis ou la France, ont tenté des rapprochements avec l'Espagne franquiste, cela ne peut pas tout expliquer, selon Anne Morelli. Dans les années soixante, "l’Espagne essaie de devenir un régime fréquentable. Dans le domaine du football, de la chanson...  Et Fabiola fait en réalité partie de ce phénomène de normalisation. Elle était un pion du franquisme".

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK