F16 belges dans la coalition: entre deux règnes, une équipe de trop

Entre deux règnes, une équipe de trop
Entre deux règnes, une équipe de trop - © MARTIN BERNETTI - BELGAIMAGE

Il l'annonçait dès potron-minet : Pieter De Crem, le ministre de la Défense du gouvernement en affaires courantes, claironnait ce matin que la Belgique allait envoyer des F 16, à la demande des États-Unis, pour combattre le groupe terroriste de "l’État islamique". Aussitôt dit, aussitôt ralenti. Consulter le futur gouvernement suédois ne suffit pas. Il y a encore un gouvernement en affaires courantes.

Y a-t-il un gouvernement de trop en Belgique, entre celui qui n'existe pas encore, de centre-droit, et celui qui garde toujours la boutique, dirigé par un socialiste? On dirait bien que oui...

Au clairon

Ce matin, Pieter De Crem était déjà tout frétillant : oui, la Belgique allait envoyer 6 avions de combat F-16 et les engager dans la lutte contre l’État islamique. Ils allaient opérer depuis la Jordanie, un des partenaires des États-Unis dans le conflit. Il fallait juste attendre un feu vert du parlement. Un conseil ministériel restreint pouvait en décider préalablement, par voie électronique.

En embuscade

Mais la conférence de presse de Pieter De Crem attendue avant 13h n'a pas eu lieu. Et pour cause : dans le gouvernement en affaires courantes, on n'apprécie pas que Pieter De Crem ne réunisse pas physiquement le comité ministériel restreint de son équipe actuelle, à savoir le gouvernement Di Rupo. Le Premier ministre est à New York, c'est un fait, mais expédier des F16 à l'étranger mérite tout de même mieux que quelques mails.

De Crem cherche-t-il un grade ?

Non pas qu'il existe une quelconque opposition à cet envoi : seul le PTB s'y oppose, sur les bancs parlementaires de l'opposition. Par contre, ce qui dérange les partenaires dirupiens, c'est que Pieter De Crem s'en est allé, après ses déclarations radio, faire rapport aux négociateurs de la "suédoise", et non à l'équipe en stand-by rue de la loi.. Les mauvaises langues disent même que le ministre de la Défense a voulu montrer au futur gouvernement de centre-droit à quel point était indispensable, comprenez par là, important à reprendre dans une future équipe (où le CD&V veut caser 3 ministres, Kris Peeters, Koen Geens, et Pieter De Crem).

En l'absence de consultation du seul gouvernement fédéral légal de ce pays, la balle est pour l'instant au parlement. La conférence des présidents de la Chambre est en réunion. Heureusement, il n'y a qu'un parlement fédéral, au lieu d'un en affaires courantes, et un autre en préparation...

Johanne Montay

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK