F1 à Francorchamps: contrat signé pour trois années, une bonne affaire?

Etienne Davignon a annoncé la signature du contrat pour 3 années de plus de F1 à Francorchamps. une bonne affaire?
2 images
Etienne Davignon a annoncé la signature du contrat pour 3 années de plus de F1 à Francorchamps. une bonne affaire? - © Belga

Le contrat entre Spa Grand Prix et les responsables de la Formule 1 pour la poursuite des courses de F1 à Francorchamps dans les trois ans qui viennent a été signé, a indiqué le président de Spa Grand Prix, Etienne Davignon. On ne sait cependant rien des termes de la convention et, donc le prix à payer, puisque même signé, le contrat reste frappé d'une clause de confidentialité.

Ce qui freinait les négociations sur la prolongation de ce contrat, c'était essentiellement le coût de la compétition.

Le fait qu'un nouveau contrat soit signé, signifie-t-il que le prix à payer est devenu raisonnable ? Il n’est pas possible de le dire.

Ce qui est sûr, c’est que l’an dernier, la Région a dû combler un trou de 5 millions d’euros. L’équilibre financier de cette compétition paraît extrêmement difficile à atteindre au regard des exigences de Bernie Ecclestone, du coût de l’organisation et des investissements à consentir sur l’anneau ardennais.

Le ministre wallon de l’Economie Jean-Claude Marcourt affirme que cette année, les frais ont été comprimés mais il est impossible de connaître les chiffres puisque les parties prenantes au contrat ont, affirment-elles, signé une clause de confidentialité. Une constante dans le cas des contrats signés avec Bernie Eccelstone qui sont le plus souvent marqués du sceau du secret.

Compréhensible pendant la négociation, cette disposition apparaît beaucoup plus problématique une fois la convention conclue avec l’argent du contribuable.

"La situation est d'une netteté juridique absolue" pour Etienne Davignon

Quelques précisions ont toutefois été apportées: le prix du plateau ne sera pas indexé et la date du Grand Prix sera maintenue pour les trois éditions à venir (2013, 2014 et 2015).

A l'issue des trois ans de ce nouveau contrat, la société Spa Grand Prix et la Région Wallonne auront en outre la possibilité de prolonger, ou non, le contrat sans avoir à subir de pression financière éventuelle de la part des responsables de la Formule 1 en cas de non prolongation, comme c'était le cas dans le contrat actuel.

"Aujourd'hui, la situation est d'une netteté juridique absolue", a affirmé Etienne Davignon.

Le Grand Prix de Belgique sera mis à profit pour la valorisation touristique de la Wallonie. Un clip vantant le patrimoine régional, l'histoire, les traditions folkloriques, la nature ou la gastronomie sera diffusé une minute avant le début de la retransmission de la compétition. Dans d'autres circonstances, une telle opportunité serait impayable pour la Wallonie, a assuré le ministre du Tourisme, Paul Furlan.

"On tourne largement autour du milliard de personnes qui vont voir ça", a ajouté Etienne Davignon.

Des retombées attendues à hauteur de 43 millions

Quant aux retombées économiques du Grand Prix pour la Wallonie, elles sont estimées à 43 millions d'euros, selon une étude actualisée du Ciriec, un centre d'études de l'Université de Liège.

La signature de ce contrat marque la fin d'un long processus dont l'issue était loin d'être acquise. Le changement de présidence en France a manifestement accéléré les choses et marqué la fin de l'hypothèse d'une alternance entre Francorchamps et le circuit du Castellet.

M. Davignon y voit aussi l'aboutissement d'une mission. En juin 2006, après la tourmente politique qui s'est abattue sur l'organisation du Grand Prix et la signature d'un contrat avec Bernie Ecclestone, le magnat de la F1, le gouvernement wallon l'a désigné administrateur de la société de promotion du circuit. Il a pris ensuite la présidence de la société Circuit de Spa Francorchamps ainsi que la présidence de Spa Grand Prix, chargée spécialement de la F1.

Son remplacement à la tête de la première structure interviendra dans les mois prochains. Il restait la question de Spa Grand Prix. "Il était utile que l'on puisse mener la négociation sur la reconduction du contrat. Maintenant que c'est fait, la relève doit se mettre en place", a-t-il annoncé sans préciser toutefois le moment de son départ.

Ju. Vl. avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK