F. van Hoobrouck: il ne faut pas lier les nominations à BHV

RTBF
RTBF - © RTBF

François van Hoobrouck explique à la RTBF que les trois bourgmestres de la périphérie doivent être nommés par la tutelle flamande: c'est leur droit et cela ne doit pas faire partie de la négociation sur la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

Pour François van Hoobrouck, le bourgmestre MR non nommé de Wezembeek-Oppem, la nomination des bourgmestres ne doit pas être liée à la négociation sur BHV, "parce que j'estime que c'est un droit, que les francophones doivent être extrêmement vigilants et fermes. Ce que nous avons fait, c'est respecter la constitution et les lois du peuple belge et une circulaire d'un gouvernement flamand ou d'un quelconque gouvernement n'est jamais obligatoire. Donc de ce point de vue, j'estime que ce ne doit pas être une compensation", dit-il au micro de Bertrand Henne.

"La fermeté fera la différence"

"C'est grave en soi" s'il n'y a rien sur la nomination des trois bourgmestres de la périphérie dans un accord qui serait trouvé sur BHV, ajoute  François van Hoobrouck, "mais j'estime personnellement que ça ne doit pas venir dans la corbeille de la négociation comme compensation aux francophones. C'est un droit et il faut faire respecter le droit. Je pense que seule la fermeté en cette matière peut faire la différence".

"L'élargissement de Bruxelles, seule solution véritable"

Les bourgmestres de la majorité des communes à facilité de la périphérie veulent l'élargissement de Bruxelles, souligne François van Hoobrouck "parce que c'est la solution fondamentale. C'est conforme à l'évolution de toutes les villes et plus spécialement de la ville de Bruxelles. C'est la seule solution véritable et dans une négociation il faut partir d'une position claire, précise et qui tient compte du droit des gens en tant que tels. Je crois que dans cette matière, c'est la solution constructive qui peut éviter dans le futur de nouvelles demandes de la part des Flamands. D'autant plus qu'en rejoignant Bruxelles, les Flamands seront beaucoup mieux protégés qu'avec un pouvoir purement francophone dans les communes à facilités. A Bruxelles, vous avez une protection de la minorité flamande qui est énorme".

Tutelle fédérale ?

François van Hoobrouck affirme : "Moi je ne crois pas à la pérennité d'une solution qui garantirait aux francophones de la périphérie certains droits électoraux, à moins peut-être que la tutelle passe sous le régime fédéral. Parce que tant que nous restons sous la tutelle flamande, à la merci d'une circulaire qui modifie fondamentalement la loi fédérale, les problèmes resteront", explique-t-il.

François van Hoobrouck refuse de dire dans quelle langue il enverra les convocations électorales aux francophones pour les prochaines élections: "Nous verrons l'évolution de ces négociations".

Une promesse de participation au gouvernement serait "antidémocratique"

Le médiateur royal Jean-Luc Dehaene reçoit les présidents de partis ce lundi soir pour leur faire part d'une proposition de négociation dans le dossier BHV. Selon certaine rumeurs, la promesse d'une participation du MR au gouvernement serait l'un des éléments du compromis. François van Hoobrouck s'oppose en tout cas fermement à l'idée que son parti le MR se voit accorder ce genre de garantie dans le cadre des négociations sur la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde. "Pour le MR ou pour un autre parti, j'estime que c'est une solution antidémocratique. Si les élections sont vidées de leur contenu, où va-t-on en Belgique ? Je ne suis pas du tout favorable à ce genre d'accord", déclare-t-il. 

 

A.L. avec B. Henne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK