Expulsion suspendue en extrême urgence de deux Soudanais

Le Conseil du Contentieux des Étrangers a suspendu vendredi en extrême urgence l'expulsion de deux Soudanais prévue vendredi après-midi, a indiqué Selma Benkhelifa, avocate chez Progress Lawyers Network. La juridiction examinera les cas sur le fond par la suite.

Il y a un génocide qui est encore en cours au Darfour

Selma Benkhelifa assure qu'il y avait au moins deux Soudanais sur le vol du jour. Le CIRÉ, la Ligue des Droits de l'Homme, Jesuit Refugee Service, Amnesty International et Vluchtelingenwerk Vlaanderen ont appelé à suspendre l'expulsion dès qu'ils en ont été informés.

"Il y a un génocide qui a eu lieu au Darfour et qui est encore en cours", explique l'avocate. "Le président du Soudan est, je pense, le seul président au monde à être encore en fonction alors qu'il est poursuivi par la Cour pénale internationale pour génocide. Mes clients sont des gens du Darfour, donc de l'ethnie qui est victime de ce génocide".

Selma Benkhelifa avance qu'il est possible que des expulsions aient déjà eu lieu vers le Soudan sans que les associations proches des migrants en aient été informées.

"On a parlé d'expulsions le week-end passé, mais tout se fait tellement en cachette que c'est difficile de savoir ce qu'il en est", explique Alexis Deswaef, président de la Ligue des Droits de l'Homme. "Comme Theo Francken (secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration ndlr.) se rend bien compte qu'en le faisant, il viole la Convention européenne des Droits de l'Homme en son article 3 - le Conseil du Contentieux l'a déjà dit - il le fait comme un "bandit", en cachette. Il sait que ce qu'il fait est illégal. Qu'un secrétaire d'Etat puisse s'abaisser à faire cela pour son projet politique de nettoyer Bruxelles plutôt que de s'attaquer aux problèmes de fond est lamentable et il est inimaginable que le MR et l'Open Vld laissent faire et collaborent avec ce parti".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK