Exil fiscal: F. Hollande veut revoir les conventions avec la Belgique

Interrogé sur le cas de l'acteur, François Hollande a d'abord refusé de s'exprimer, évoquant simplement un devoir général d'"éthique" de payer les impôts "quelle que soit la profession".

En réponse à une autre question, il a évoqué la problématique de l'harmonisation fiscale en Europe. "Nous harmonisons nos politiques budgétaires, nous devons aussi harmoniser nos politiques fiscales. (...) Nous devons avoir une discussion sur la convergence fiscale. Cela ne veut pas dire que serait le même système fiscal, mais bien que nous ne pouvons pas avoir des dumping fiscaux sur un certain nombre d'entreprises ou de particuliers", a-t-il dit.

Evoquant d'abord la Suisse, François Hollande annoncé que des négociations seraient lancées pour la révision de conventions bilatérales, notamment en matière de succession. Il a aussi exclu la voie de l'amnistie "ou de ce qui serait perçu comme une amnistie", en référence aux accords Rubik controversés.

"Après, il y a les pays membres de l'Union européenne, la Belgique, avec lesquels nous avons une convention fiscale. Donc, nous allons revoir ces conventions", a-t-il embrayé. "Il n'y a pas d'autre moyen" que la négociation. "Cela ne peut pas être une volonté seulement française. Nous sommes obligés de renégocier la convention fiscale pour traiter le cas de ceux qui se sont installés dans quelques villages belges", a-t-il ajouté, non sans lancer une pique à Gérard Depardieu.

"Qu'il se méfie, c'est une mairie socialiste, m'a-t-on dit", a-t-il lâché, en référence à la commune d'Estaimpuis, dirigée par le PS Daniel Senesael.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK