Exclure le PS du gouvernement bruxellois? Le cdH "a fait flop" selon Laurette Onkelinx

La présidente de la fédération bruxelloise du Parti socialiste (PS) Laurette Onkelinx invite à un renouvellement de son parti: "On ne peut pas toujours pleurer sur le lait répandu, il faut repartir à l'offensive. Il faut d'abord reconnaître ses fautes. Le 21 août, le PS va faire une proposition globale pour un nouveau programme qui sera une nouvelle identité".

Il faut faire la place à une nouvelle génération d'élus socialistes, dit-elle au micro de Robin Cornet. Philippe Close (Bruxelles), Willy Demeyer (Liège) et Paul Magnette (Charleroi) : ces trois bourgmestres socialistes ont décidé, "alors qu'ils n'y étaient pas obligés", d'arrêter tout cumul. "C'est une voie à suivre pour faire émerger de nouvelles têtes". Laurette Onkelinx annonce que, à la rentrée, elle ne cumulera plus les fonctions de chef de groupe à la Chambre et de présidente de la fédération bruxelloise du PS. "On n'y arrivera pas si ce sont toujours les mêmes têtes partout aux mêmes fonctions. C'est dans un mariage entre les nouveaux et les anciens qu'on réussira, avec le nouveau programme, à relancer le PS dans la confiance de la population".

Céline Fremault "a fait flop"

Laurette Onkelinx ne croit pas que le PS sera rejeté dans l'opposition à la Région bruxelloise. Il y a 6 partis dans le gouvernement bruxellois, rappelle-t-elle. "Monsieur Lutgen ne connaît pas Bruxelles, quand il a lancé son offensive, il a oublié qu'il y avait 3 partis flamands et 3 partis francophones. Et c'est une équipe très soudée. Quand Céline Fremault a essayé d'emboiter le pas à monsieur Lutgen, cela a fait flop. Depuis lors ces 6 partis continuent à porter des réformes et un programme important". La poursuite de cette coalition dépend essentiellement du cdH bruxellois, dit-elle: "Va-t-il prendre une certaine indépendance ou être exactement dans le moule du maître? DéFI a dit qu'il n'était pas question de changer de majorité, les partis flamands idem, le PS idem. On va voir ce que va faire le cdH bruxellois".

Le PS bruxellois est d'accord avec les dernières demandes formulées au niveau éthique (dont le décumul) par DéFI, Ecolo et Groen. "DéFI demande de réformer la gouvernance des outils économiques et sociaux à Bruxelles pour mieux servir le développement et l'emploi. Nous sommes tout à fait ouverts à ça. Il ne s'agit pas de rester pour rester, l'équipe doit rester soudée. Et pour ça elle doit oser des nouveautés, y compris en termes de gouvernance".

"Gouvernement de la bascule"

A propos des dernières mesures budgétaires annoncées par le gouvernement fédéral, Laurette Onkelinx qualifie ce dernier de "gouvernement de la bascule. Ils font énormément de réformes et on bascule de modèle de société belge qui était plutôt comme dans les pays nordiques, avec une sécurité sociale très forte, avec une attention à la qualité de l'emploi, un Etat régulateur, à un modèle anglo-saxon beaucoup plus axé sur le risque et l'individualisme. Et j'ai de très fortes craintes: tous les moyens de soutien au travail se font au détriment de la Sécu, que ce soit les flexi-jobs, les primes à la performance, les emplois en fin de carrière. Tout cela se fait par des diminutions de moyens pour la sécurité sociale. Or la sécu, c'est ce qui protège la population en termes de santé et de pension. Donc j'ai les plus grandes craintes à ce sujet".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir