Examens de l'Etat: la moitié des candidats inscrits ne les passent pas

Examens de l'Etat: la moitié des candidats inscrits ne les passent pas
Examens de l'Etat: la moitié des candidats inscrits ne les passent pas - © DIRK WAEM - BELGA

De plus en plus de Belges s'inscrivent aux procédures d'examens de l'Etat seulement pour ne pas perdre leur allocation de chômage. Un problème auquel le secrétaire d'Etat à la Fonction publique Hendrik Bogaert (CD&V) a décidé de s'attaquer, rapportent mercredi De Standaard et Het Nieuwsblad.

En 2008, selon Hendrik Bogaert, 66% des candidats inscrits à une procédure de recrutement organisé par l'Etat fédéral se présentaient à l'épreuve. "En 2011, ils n'étaient plus que 56%", constate-t-il.

Le secrétaire d'Etat explique cette situation notamment par la procédure parfois très longue de certains examens. "Des candidats trouvent parfois un emploi ailleurs entre-temps", ajoute-t-il.

Mais Hendrik Bogaert affirme également que de nombreuses personnes s'inscrivent aux examens juste pour la forme. "Les demandeurs d'emploi ont l'obligation de rechercher activement un travail. Certains détournent cette obligation en s'inscrivant à un examen de l'Etat, sans s'y présenter par la suite."

Le Selor, qui organise ces tests, estime également que la situation doit changer. "Le personnel du Selor accorde beaucoup de temps à la préparation de ces examens", rappelle Hendrik Bogaert.

Le secrétaire d'Etat a entamé une concertation avec l'Onem, Actiris, le Forem et le VDAB pour réduire ce type de pratiques. "L'objectif doit être que si quelqu'un s'inscrit à un examen, il doit aussi tout faire pour obtenir l'emploi".

Hendrik Bogaert consulte également la Commission de la protection de la vie privée dans le cadre de cette discussion.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK