Examen d'entrée en médecine : "Il faut une saine régulation malgré tout"

Examen d'entrée en médecine
Examen d'entrée en médecine - © Tous droits réservés

Il n'y aura plus d'examen en fin de première année pour les étudiants en médecine et en dentisterie. Le système a été réformé : dès septembre, ce sera avant même de commencer les études que l'évaluation aura lieu, sur le modèle de l'examen d'entrée. L'idée de fond étant toujours de limiter le nombre d'étudiants.

Avoir supprimé cet examen en fin de première année d'étude, était-ce une bonne idée? "Oui", pour nos deux invités, Dominique Vanpee, Président des doyens de facultés de médecine et Maxime Mori, président de la FEF, la fédération des étudiants francophones.

Il faut une saine régulation malgré tout

Mais la régulation reste toutefois nécessaire, selon Dominique Vanpee : "Si les médecins n'ont pas assez d'activité, ils ne pourront en vivre. Il faut une saine régulation, planifiée, et c'est l'optique de Mmr De Block avec un cadastre dynamique qui établit la force de travail."

Du côté de la FEF, on admet qu'il faut faire avancer le dossier, réguler l'offre et garantir un numéro INAMI aux étudiants, "mais quelle politique voulons-nous donner à nos soins de santé de demain? Se restreindre budgétairement ou répondre aux besoin de la population belge?"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK