Discrimination? Étudiante en mécanique auto, Anissa a essuyé 20 refus avant de trouver un stage

Anissa Ringlet a 16 ans. Elle est étudiante en mécanique auto. Elle veut faire de sa passion son métier et suit des cours à Asse. Son programme se divise en 1 jour à l’école, 4 jours en stage en atelier. Rien de bien exceptionnel jusque-là.

Sauf que Anissa Ringlet, au contraire de ses camarades masculins a essuyé une vingtaine de refus de garages avant qu’un accepte enfin de lui offrir ce précieux contrat d’apprentissage de 3 ans tant attendu. En moyenne, les amis de sa classe ont trouvé un stage en trois appels. Une recherche rendue beaucoup plus difficile pour elle en raison de préjugés tenaces : elle est une femme.

Anissa Ringlet va enfin pouvoir poursuivre sa formation, dans un garage de Leeuw-St-Pierre. Depuis 3 semaines, elle observe puis réalise les gestes, les entretiens. Si le garage lui a donné sa confiance, c’est pour la motivation qu’elle a montrée. Elle est la première femme à avoir poussé les portes de l’atelier. La jeune femme la sait, les stéréotypes sont durs à combattre. Mais elle est déterminée. Pour elle, la mécanique, c’est naturel. Elle a toujours aidé son père, passionné de karting.

La mécanique est pourtant un métier en pénurie. A la recherche de candidats, il faudrait donc pouvoir regarder plus loin que le sexe sur un CV.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK