Être indépendant et tirer une liste de parti, un phénomène typiquement flamand

Être indépendant et tirer une liste d’un parti, un phénomène typiquement flamand
Être indépendant et tirer une liste d’un parti, un phénomène typiquement flamand - © Tous droits réservés

Après Jinnih Beels aux communales, c’est au tour de Dries Van Langenhove et de Jean-Marie Dedecker de tirer ou de pousser une liste en tant qu’indépendant. Un phénomène qui devient de plus en plus courant en Flandre.

La présence de candidats indépendants sur des listes électorales de parti n’est pas un phénomène nouveau. "Ce qui change, c’est d’avoir des têtes de liste indépendantes. Normalement, à cette place, ils sont censés être les porte-parole du parti", explique le professeur en sciences politiques Dave Sinardet. Alors que le phénomène gagne en importance en Flandre, il est absent en Belgique francophone.

Jinnih Beels, "le lapin blanc" devenu socialiste

Novice en politique, Jinnih Beels a fait ses débuts lors du lancement de Samen. Les médias flamands la qualifient de "wit konijn" ("lapin blanc") : le sp.a et Groen l’avaient sortie de leur chapeau de magicien pour la placer en deuxième position sur la liste.

Après la séparation de Samen, elle a dû choisir entre Groen et le sp.a. Elle a finalement opté pour le parti socialiste, devenant la tête de liste. Sur les affiches de la campagne électorale, pas de trace du logo du sp.a.

Avec 12.815 voix de préférence, elle a enregistré le quatrième score personnel des élections anversoises. Deux semaines après, elle décide finalement de prendre la carte de parti du sp.a. "Je veux montrer ma loyauté à tous ceux qui qui m’ont soutenu pendant la campagne", a-t-elle justifié. Elle est désormais échevine anversoise de l’Enseignement et de la Jeunesse.

Dries Van Langenhove tire une liste du VB

Le 9 janvier, c’est au tour de Dries Van Langenhove, leader du mouvement flamingant Schild en Vrienden, d’annoncer qu’il se présente comme tête de liste à la Chambre pour le Vlaams Belang dans la province du Brabant flamand.

Depuis ses débuts, Dries Van Langenhove, leader du mouvement flamingant Schild en Vrienden, ne cesse de clamer sa révulsion envers le système de particratie en Belgique. Dans une vidéo publiée mercredi sur sa page Facebook, il explique que sa présence sur la liste Vlaams Belang (VB) ne va rien changer à son rejet de la particratie : "La particratie est un système pourri."

Lors d’un débat explosif sur Terzake, l’étudiant gantois assure qu’il reste cohérent : "Ce que j’ai décidé aujourd’hui reste en ligne avec ce que j’ai annoncé depuis des mois et des années. Aujourd’hui, je ne suis pas entré dans le système de particratie. Je vais rester un activiste indépendant."

Pourtant, si Dries Van Langenhove est élu, il siégera dans le groupe du Vlaams Belang et non comme indépendant a indiqué le président du Vlaams Belang au quotidien De Morgen. "Sa démarche est bizarre, lui qui haït tellement la particratie", commente Dave Sinardet. Contacté par nos soins, Dries Van Langenhove n’a pas donné suite à notre demande d’interview.

►►► Lire aussi : Le fact checking en 7 points du débat explosif avec le leader de Schild en Vrienden à la VRT

En faisant partie du groupe du Vlaams Belang à la Chambre, le leader de Schild en Vrienden bénéficierait de plus d’avantages que s’il y siégeait comme indépendant. Les groupes reçoivent par exemple des moyens financiers de la Chambre pour leur permettre de garantir le fonctionnement du groupe (rémunération du personnel, charges administratives, ...). La subvention s’élève à 61 095,48 euros par an et par député.

Mais, pour bénéficier de ces avantages, encore faut-il que le Vlaams Belang obtienne cinq sièges alors qu’il n’en compte que trois actuellement.

Jean-Marie Dedecker pousse une liste N-VA

La dernière personnalité à jouer un rôle important sur une liste comme indépendant est Jean-Marie Dedecker. Il va pousser la liste N-VA pour les élections fédérales dans la circonscription de Flandre occidentale.

Le bourgmestre de Middelkerke est également président du parti Lijst Dedecker (LDD). Or, dans les statuts du parti, on peut lire : "La participation au conseil d'administration du parti est incompatible avec la participation active à un autre parti politique ou à la candidature sur une liste non-LDD, à moins que le conseil national du parti ne l'accepte expressément. La violation de cette règle entraîne automatiquement l'exclusion."

Contacté par la RTBF, Jean-Marie Dedecker explique que le conseil national du parti "n’a pas encore eu lieu". Il ajoute que d’autres membres du parti envisagent de s’inscrire sur des listes. "Nous attendons que la constitution des listes soit terminée avant de convoquer le conseil national."

L’ancien judoka assure également qu’il siégera comme indépendant et qu’il ne profitera dès lors pas des avantages que pourrait lui offrir le groupe de la N-VA : "Je me présente comme indépendant avant les élections et aussi après. Je l’ai fait pendant cinq ans, ça me connait."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK