Et vous, laisseriez-vous mourir quelqu'un sans lui venir en aide ?

Cette histoire tragique a fait grand bruit cette semaine : un homme de 45 ans est mort le mercredi 2 octobre 2019 sur la Grand-Place de Courtrai, car personne ne lui est venu en aide. La victime était assise sur un muret vers midi lorsqu’elle a fait un malaise.

"Sur les images de vidéo surveillance, on voit que huit personnes passent par là en l’espace de deux heures. Ils prennent connaissance de son état et le voient allongé au sol, mais ne font rien", relate Tom Janssens, porte-parole du parquet de Courtrai.

Les services de secours n’ont été alertés que bien plus tard et l’homme est décédé entre-temps. Ces huit personnes ont depuis été poursuivies pour non-assistance à personne en danger.

Casser l’indifférence

C’est pour éviter ce genre de drame que “Would You React - littéralement, “Est-ce que vous réagiriez” - a été créé en 2014. Cette chaîne YouTube - composée de près de 80 vidéos - sensibilise sur la (non)-réaction et l’absence/la présence de solidarité dans des situations où des comédiens sont discriminés ou mis en danger (malaise, racisme, homophobie, harcèlement, etc.).

Le principe est similaire à d’autres émissions comme “Cam Clash” diffusée en France. Le petit plus de “Would You React ?” “Nous faisons appel à des spécialistes et des psychologiques qui viennent apporter un point de vue plus objectif et analytique dans nos vidéos” explique Ludovico Franchini, membre de l’ASBL.

Un effet de groupe à double tranchant

Comme une anticipation tragique, Would You React avait déjà simulé un malaise d’une comédienne dans les rues de Bruxelles… Et là aussi les réactions avaient été diverses. “La plupart des gens sont dans une bulle et espèrent - par effet de groupe – que quelqu’un d’autre puisse intervenir. Mais cet effet de groupe peut aussi se révéler positif : il suffit qu’une personne s’arrête pour qu’un amas de passants finisse par intervenir.”

Par ailleurs, d’autres facteurs entrent en jeu comme le genre. “Nous avons remarqué que dans le cas d’un enfant perdu, les gens viennent plus facilement en aide à une petite fille qu’à un petit garçon. Probablement, la société entretient le cliché que les garçons sont forcément plus débrouillards et ont donc moins besoin d’aide…”

Une note d’espoir

Dans certains cas, l’indifférence l’emporte bien… La peur est un facteur très important qui peut freiner pour réagir. Dans le cadre du malaise à Courtrai, les gens ont peut-être eu simplement peur de faire pire que mieux auprès de la victime…”.

Toutefois ces vidéos offrent aussi un autre visage de notre société, bien plus positif : des passants n’hésitent pas une seconde à braver la peur et l’indifférence pour venir en aide aux victimes. Would You React” n’a pas le projet de faire la morale, mais bien de montrer qu’en adoptant des petits gestes et en entretenant des relations sociales au quotidien, on peut mieux réagir en cas de danger. 

Would You React” est présent sur Youtube, Facebook, Twitter et Instagram. Nous vous proposons ci-dessous plusieurs exemples marquants.

Lutter contre le harcèlement scolaire et l’effet de groupe

Lutter contre le harcèlement envers les femmes dans les transports en commun

Lutter contre l’indifférence face au malaise d’une personne

Lutter contre l’homophobie

Retrouvez la Semaine Viva de Régine Dubois et de Christophe Grandjean chaque samedi entre 13h et 14h sur Vivacité. Toutes les séquences de l'émission peuvent être réécoutées sur Auvio. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK