Espionnage par la NSA: Ecolo veut une commission d'enquête parlementaire

Selon les écologistes, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne semblent avoir tissé, sous des prétextes de lutte contre le terrorisme, un large réseau de surveillance généralisée visant en fait à l'espionnage économique au détriment de la vie privée des citoyens et des intérêts stratégiques de nos entreprises.

Les Verts ont, dans un communiqué, déploré que tant la ministre de la Justice, Annemmie Turtelboom, que le Premier ministre Elio Di Riupo, refusent "catégoriquement de mettre en oeuvre les moyens judiciaires et diplomatiques pour faire toute la clarté sur cette inquiétante dérive", aux conséquences économiques et surtout démocratiques manifestes.

Le gouvernement Di Rupo sous-estime dangereusement ces menaces, ont affirmé dimanche le chef de groupe Ecolo à la Chambre, Muriel Gerkens, et le sénateur Benoit Hellings, dans un communiqué.

C'est la raison pour laquelle Ecolo et Groen ont demandé que le parlement fédéral prenne ses responsabilités et que tous les partis démocratiques se joignent à l'appel des Verts pour qu'une commission d'enquête parlementaire puisse voir le jour à la Chambre dès après les élections générales de mai 2014.

Cette commission devrait avoir pour objectif de faire toute la lumière sur la mise en œuvre des systèmes de surveillance généralisée (comme PRISM), de l'état des collaborations structurelles que nos services de renseignement entretiennent avec les services secrets anglo-saxons, des mesures de contre-espionnage entreprises par le gouvernement pour protéger nos concitoyens et les intérêts stratégiques belges, selon les Verts.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK