Une mosquée de Beringen nid d'espions? Liesbeth Homans en serait convaincue

Espionnage? Homans compte retirer la reconnaissance d'une mosquée à Beringen
Espionnage? Homans compte retirer la reconnaissance d'une mosquée à Beringen - © Tous droits réservés

La ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans (N-VA) va entamer la procédure visant à retirer la reconnaissance de la mosquée Fatih à Beringen, dans le Limbourg, la deuxième plus grande mosquée du pays, peut-on lire jeudi dans Het Laatste Nieuws. Il ne s'agit que de la deuxième procédure du genre en Flandre.

La mosquée fait partie du réseau Diyanet de la Direction turque des Affaires religieuses, qui a fait l'objet de critiques dernièrement au sujet de suspicions de pratiques d'espionnage et de surveillance.

Concrètement, l'Imam et son équipe renseigneraient le régime turc sur les débats en cours dans l'importante communauté turque de Beringen. Sur les 46 000 habitants, 7000 sont d'origine turque, la plupart étant d'anciens mineurs. Ce qui intéresserait le régime turc, c'est qui sont et où sont les partisans de l'opposant Fethullah Gülen. 

"Des pratiques ont eu lieu à Beringen qui vont à l'encontre des conditions pour les mosquées reconnues"

Liesbeth Homans avait déjà demandé en décembre au ministre fédéral de la justice Koen Geens que la Sûreté lui envoie les informations nécessaires en vue d'éventuels retraits de reconnaissance, et les données concernant la mosquée Fatih Camii, de Beringen, lui sont parvenues cette semaine.

"Des documents qui nous ont été livrés, il ressort que des pratiques ont eu lieu à Beringen qui vont à l'encontre des conditions valables pour les mosquées reconnues en Flandre", indique la ministre.

On parle de tout, des ponts sont construits, il ne faut pas les détruire

De son côté, le bourgmestre de Beringen, Maurice Webers (sp.a) ne comprend pas cette initiative "Je rencontre régulièrement les responsables de la mosquée. On parle de tout, des ponts sont construits, il ne faut pas les détruire". Dans cette initiative de la ministre N-VA, le premier citoyen de Beringen voit une manœuvre politique de la part d'un parti qui siège dans l'opposition communale. "Je suis surpris, déçu et même fâché car ni moi, ni même la police locale n'avons été prévenus de cette demande de Liesbeth Homans". 

Etrange que le bourgmestre tombe du ciel

Mme Homans a pour sa part récusé les propos de Maurice Webers. "La procédure est ce qu'elle est, je l'ai simplement suivie", a-t-elle affirmé. Les lettres (de notification) au bourgmestre, à l'Exécutif des Musulmans (de Belgique, EMB) à la province... sont parties. De plus, mon chef de cabinet a téléphoné ce matin relativement tôt au bourgmestre pour lui exposer les problèmes de manière approfondie", a-t-elle ajouté.

La ministre nationaliste trouve également "étrange que le bourgmestre tombe du ciel", en soulignant que les rumeurs d'ingérence turque dataient de plusieurs mois.

L'Exécutif des Musulmans de Belgique doit désormais se prononcer, et la direction locale de la mosquée aura l'occasion de se défendre. La reconnaissance va de pair avec des subsides ainsi qu'un salaire pour l'imam.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK