Enquête sur un trafic de visas humanitaires: la N-VA suspend Melikan Kucam de ses fonctions

La N-VA a décidé de suspendre en urgence le conseiller communal de Malines, Melikan Kucam, de ses fonctions, a-t-elle fait savoir. La décision a été prise mardi soir, dans la foulée de l'annonce de l'arrestation de M. Kucam.

Melikan Kucam, conseiller communal de la N-VA à Malines, a été arrêté dans le cadre d'une enquête pour trafic d'êtres humains, organisation criminelle, corruption passive et extorsion. L'homme, âgé de 44 ans, aurait reçu d'importantes sommes d'argent pour permettre à des habitants de zones de conflit en Syrie, en Irak ainsi que dans des pays frontaliers de voyager en Belgique avec un visa humanitaire.

Melikan Kucam (N-VA), qui siège au conseil communal de Malines aurait fait payer à des chrétiens provenant de Syrie et d'Irak pour leur offrir son aide afin qu'ils obtiennent un visa. Cette information a été divulguée lors d'une conférence de presse qui s'est tenue ce mardi au parquet de Anvers . Le suspect aurait perçu des sommes pouvant aller jusque 10.000 euros. Pour le moment, l'ampleur des faits reste encore à définir, a communiqué le Parquet.

Theo Francken, complice ?

Le parquet d'Anvers est en charge du dossier. L'enquête porte sur plusieurs motifs: trafic d'êtres humains, organisation criminelle corruption passive et extorsion de fonds. La justice s'intéresse à d'éventuels complices au sein de l'ancien cabinet Francken. Si le bourgmestre de Lubbeek est cité dans cette affaire, c'est parce que la procédure d'octroi de visa humanitaire est particulière. Elle transite directement par le cabinet du secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, c'est-à-dire Theo Francken (N-VA) au moment des faits.

Le juge d'instruction doit maintenant décider de l'arrestation de Melikan Kucam dans les 48 heures. Le bureau du procureur souligne qu'actuellement, rien n'indique que l'ancien secrétaire d'État à l'Asile et la Migration ou un membre de son cabinet serait impliqué dans les faits.

Theo Francken réagit. "Je suis choqué, stupéfait. Ce couloir humanitaire était une splendide initiative pour sauver des Chrétiens de Syrie et les tirer des mains du groupe terroriste Etat islamique. C'était une initiative du gouvernement, prise en parfait consensus. Le Parquet va devoir rapidement mener l'enquête pour faire la lumière. S'il y a eu des abus, je n'ai pas de mots; je suis choqué oui".

Théo Francken qui confirme que Melikan Kucam, élu très populaire de Malines, a bien servi d'intermédiaire, comme d'autres personnalités, comme des membres de l'Eglise et diverses associations, pour proposer des listes de gens à sauver de Syrie et d'Irak. Théo Francken affirme n'avoir rien su d'abus éventuels et confirme sa totale confiance en son cabinet et son administration. Enfin, il insiste en ce qui le concerne : "Je peux seulement dire que je n'ai personnellement rien à avoir avec cette affaire. Je n'ai jamais reçu d'argent pour accorder de tels visas humanitaires ou donner des papiers. Jamais. Je ne fais pas ça. C'est impensable. Au Parquet maintenant d'enquêter et on verra bien ce que cela donne."

 

Des questions sur le mode d'attribution de ces visas humanitaires restent en suspens. Cela se ferait au cas par cas. Alors, quels sont les contrôles? Qui peut proposer des candidats aux visas? La justice devra le déterminer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK