Enquête Solidaris-RTBF-Le Soir : les 18-30 ans, une génération déboussolée

Les 18-30 ans : une génération déboussolée
4 images
Les 18-30 ans : une génération déboussolée - © Archive RTBF

Les jeunes adultes de 18-30 ans vivent un mal-être sociétal sans précédent. Leur vision de l’avenir est morose, peu optimiste, notamment pour le futur de leurs enfants. Ce constat issu du dernier Thermomètre Solidaris soulève de nombreuses questions, comme celle du désir de vivre ensemble. Que voulons-nous comme société ? Comment retrouver et redonner du sens à ce que nous vivons ? Quelles solutions pour relever la tête ?

Le Thermomètre Solidaris n°6 suscite le débat, terriblement d’actualité. Cette grande enquête nous apprend que pour un jeune adulte sur deux en Belgique, la société n’a plus d’objectifs, les inégalités sociales sont de plus en plus nombreuses et elles sont insupportables.

Les jeunes de 18-30 ans sont en effet désabusés et déçus de la société dans laquelle ils vivent.

 

Tout est possible, mais il va falloir compter sur soi

Ils font face à un message paradoxal. D’une part, la société demande aux jeunes adultes de "vivre avec passion toutes leurs envies", présentant la promesse d’une société ouverte où tout est possible. D’autre part, cette même société ne leur permet pas de se réaliser.

Ils savent que tout est fermé, qu’ils devront se débrouiller seuls et bien plus que leurs parents à la même période de leur vie.

83% des 18-30 ans estiment qu’ils devront se débrouiller seuls pour trouver du travail ou avoir une pension

Peuvent-ils s’appuyer sur leurs amis ? Seuls quatre jeunes adultes sur dix déclarent avoir de "vrais" amis, c’est-à-dire de véritables amis, pas des "amis sur Facebook". Encore plus inquiétant : un jeune sur quatre se sent seul. La grande majorité n’a pas d’enfant. Près de trois quart d’entre eux disent vouloir attendre d’avoir une situation d’emploi stable pour avoir son premier enfant.

Travail, politique, enseignement, … : les grandes structures ne rassurent plus

Ce malaise trouve des explications à travers les nombreux thèmes abordés sans tabou et en profondeur lors de l’enquête. Comment perçoivent-ils le travail par exemple? Le rapport au travail semble fondamentalement différent des autres générations pour lesquelles la carrière était vue comme un pilier et représentait parfois une raison de vivre. Aujourd’hui, la priorité pour les jeunes est de fonder une famille.

Par ailleurs, 33% des 18-30 ans ne se sentent pas respectés au travail. Au bout du compte, la moitié des jeunes adultes se disent perdus face au marché du travail et ne s’attendaient pas à ce que la réalité soit si dure.

Les grandes structures sont aussi remises en question : seul un jeune adulte sur vingt pense que voter change réellement le cours des choses. Le système pédagogique ne convainc plus : moins d’un jeune adulte sur dix pense que l’enseignement prépare bien au travail et au monde en général. Le système économique et financier ne les rassure pas davantage.

55% des 18-30 ans n’ont pas envie de vivre ensemble

Face à cette promesse non tenue d’une société qui n’offre plus de chances pour se réaliser, plusieurs réactions émergent. La plus répandue parmi les 18-30 ans est la modération et concerne quasi la moitié d’entre eux. Ces jeunes adultes sont déboussolés face à cette désillusion de la société, ils ne savent pas encore quelles positions prendre. Ils sont en pleine construction et ils peuvent encore basculer dans le rejet ou à l’inverse en s’ouvrant aux autres.

Plus interpellant encore : plus de trois jeunes adultes sur dix rejettent la société. Cette tranche de la population a peur. Elle estime qu’il y a trop d’immigrés, de personnes assistées. Ces jeunes adultes ont donc décidé de se replier sur eux-mêmes. Ils subissent leur vie et ne croient pas en l’avenir.

L’espoir vient d’une troisième réaction, celle des acteurs de leur vie. Plus d’un jeune adulte sur dix estiment que l’immigration est une source d’enrichissement culturel, ils sont ouverts aux autres et pensent pouvoir agir pour inventer et construire la vie de leur choix.

Stéphanie Lepage avec Solidaris

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK