Enfermer tous les demandeurs d'asile ? Ça coûterait 3 milliards d'euros selon David Clarinval, ministre du Budget

Pour David Clarinval, le surcoût d'une telle mesure est incontestable.
Pour David Clarinval, le surcoût d'une telle mesure est incontestable. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

C’était une proposition du Vlaams Belang, déposée le 10 octobre dernier : une proposition de loi qui viserait à organiser l’accueil de tous les demandeurs d’asile dans des centres fermés. Pour réaliser une telle mesure, il faudrait près de 32.000 agents e 3 milliards d’euros de frais de personnel et de fonctionnement, selon un avis rendu par le ministre du Budget, David Clarinval.

Jusqu’à 6 fois le coût du système actuel

Actuellement, l’Etat fédéral compte près de 60 centres d’accueil qui représentent les deux tiers de la capacité totale du réseau d’accueil. Les autres places sont fournies par les CPAS et des associations. La conversion de ces centres en centres fermés impliquerait des adaptations très importantes, non seulement en termes d’infrastructures (adaptation de bâtiments existants et/ou aménagement de nouveaux bâtiments) mais également pour le personnel des centres, de l’Office des étrangers, du SPF Intérieur ainsi que pour la police.


►►► Lire aussi : l’ONU s’inquiète que des enfants soient détenus dans les centres fermés de Belgique


"De manière indicative, le total des dépenses de Fedasil comme estimées pour l’année 2020 s’élève à 449 millions d’euros. Rien que pour le personnel et le fonctionnement de cette proposition, le coût dépasse six fois les dépenses du système actuel", écrit le ministre, dans un avis qu’a relayé le député Theo Francken (N-VA) sur Twitter.

Le surcoût est incontestable

"Par conséquent, même si on acceptait que la présente proposition nécessite des investissements plus importants dans une première phase, suivie d’une phase de récession du nombre de demandes et à long terme du nombre de places en réseau d’accueil, le surcoût est incontestable", ajoute David Clarinval.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK