Energie: oui, il y a un risque de pénurie cet hiver mais il est anticipé

"Il y a, c'est vrai, un risque de pénurie cet hiver causé par deux événements majeurs et imprévisibles mais ce risque, on l'a atténué et anticipé", a déclaré Mme Fonck.

La Belgique dispose d'une capacité de production propre, d'importation et une réserve stratégique. En cas de risque de pénurie, trois domaines d'action seront mis en oeuvre visant la sensibilisation des consommateurs et l'interdiction de certains usages, les transports publics électrifiés ainsi que les bâtiments et l'éclairage.

Si le risque de pénurie est avéré ou si celle-ci se produit, un procédure a été mise au point. Le délestage, c'est-à-dire l'arrêt contraint de l'alimentation de certains consommateurs, peut être activé. Il est composé de six tranches représentant chacune une consommation de 500 MW et chaque tranche est composée d'un ensemble de zones réparties sur l'ensemble du territoire.

Ce délestage peut s'avérer nécessaire pour éviter le "black out", a pour sa part averti le ministre de l'Intérieur, Melchior Wathelet. Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, Elia, a établi une cartographie de son plan de délestage pour identifier les régions qui seraient touchées par une telle mesure. Les gouverneurs de province en seront informés le 3 septembre.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK