Energie: le projet de décret sur les gestionnaires de réseaux approuvé en commission, le PS s'abstient

Jean-Luc Crucke
Jean-Luc Crucke - © ERIC LALMAND - BELGA

Le projet de décret réformant la gouvernance des gestionnaires de réseau de distribution (GRD) d'électricité et de gaz, porté par le ministre wallon de l'Energie, Jean-Luc Crucke (MR), a été approuvé, lundi soir, en commission de l'Energie du Parlement de Wallonie.

Sans surprise, MR et cdH ont voté pour. Le PS, lui, s'est finalement abstenu, pointant un "choix idéologique" de la part du ministre et "les nombreux points qui continuent à poser question". Quant à Ecolo, qui ne vote pas en commission, il réserve sa décision pour mercredi, quand le dossier sera soumis au vote de la séance plénière.

Le projet de décret, déjà approuvé par le gouvernement wallon le 22 mars dernier, est l'une des réponses législatives au scandale Publifin et aux recommandations de la commission d'enquête parlementaire mise sur pied dans la foulée. Celle-ci plaidait notamment pour la sortie de RESA - le GRD liégeois - de la filiale de Publifin, Nethys, ouvrant la porte à différents scénarios, dont celui d'un rapprochement avec ORES, le plus grand gestionnaire wallon.

Cette sortie du giron de Nethys aura un surcoût estimé par RESA à 8 millions d'euros par an, un surcoût que le PS aurait voulu voir compensé par la Région afin que la facture énergétique des citoyens n'augmente pas, suscitant une bronca dans les rangs de la majorité. "On ne va tout de même pas mettre de l'argent sur le compte de celui qui a commis le casse du siècle", a ainsi rétorqué Dimitri Fourny (cdH). "Le prix de l'illégalité", a de son côté rappelé Jean-Luc Crucke. Les socialistes ont finalement retiré l'amendement qu'ils comptaient déposer.

Au terme de la réforme des GRD, ces derniers ne devraient plus être que des 'pure players', dont les missions seraient limitées à l'exploitation, à la sécurisation et à l'entretien des réseaux de distribution. Ils pourraient tout de même produire de l'électricité verte mais pour couvrir leur consommation propre. Quant au développement d'activités concurrentielles, il serait soumis à l'octroi d'une dérogation, accordée uniquement si l'activité n'est pas disponible sur le marché.

Le Parlement de Wallonie, réuni en séance plénière, se prononcera sur le dossier ce mercredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK