Encore un long chemin pour les travaux sur le chantier RER entre Nivelles et Bruxelles

Près d’un an après la reprise des travaux sur la L161 (Bruxelles-Ottignies) du RER, la relance des chantiers sur la Ligne 124 Bruxelles-Nivelles est inaugurée ce jeudi à Braine-l’Alleud.

La ligne devrait être enfin terminée en 2031 mais elle reste celle la moins avancée de toutes. Entre les permis dépassés et les délais, de nombreux tronçons n'existent tout simplement pas encore alors que d'autres chantiers se sont terminés il y a quelques mois comme le tronçon L50A entre la capitale et Denderleeuw. Et le chemin sera encore long: "Nous devons obtenir à nouveau une série de permis pour mettre à quatre voies en Régions bruxelloise et flamande et aussi une série de plus petits permis sur une série de gares, à Waterloo par exemple, comme l'explique Philippe Denayer chef de projet chez Tucrail, filiale d'Infrabel. Il y a des risques de blocages, en tout cas de retards si on arrive pas à obtenir ces permis dans les délais fixés". 

Bonne volonté des trois Régions

De son côté, le ministre réformateur des Transports François Bellot se montre optimiste. Il croit à la collaboration positive entre les trois Régions où passera la ligne afin d'aboutir dans les délais: "L'offre sera là dès 2024, j'entends un détermination pour aider la SNCB à obtenir les permis d'urbanisme mais il y a deux trois grands permis à déposer en Flandre et à Bruxelles. Mais si on veut aboutir rapidement pour ce dossier si fondamental, au niveau du défi climatique déjà, je pense que la concertation nous permettra de terminer ce projet si important pour Bruxelles et sa sous-région".

Malgré la chute du gouvernement fédéral, le ministre Bellot a obtenu l'engagement d'un milliard d'euros (complémentaire) pour enfin terminer ce projet RER. Un milliard coulé dans le béton, même pour les prochaines législatures. Le chantier devrait être terminé d'ici 2031.

Retard par rapport à la L-161

Les travaux de la ligne 124 Bruxelles-Nivelles accusent davantage de retard que ceux entrepris sur la ligne 161 Bruxelles-Ottignies. "C'est principalement dû aux recours introduits par des habitants et aux problèmes de permis sur le tracé Bruxelles-Nivelles, notamment à hauteur de Linkebeek", explique Philippe Denayer. Il a fallu réintroduire des demandes de permis. Et tout n'est pas encore réglé. "Trois nouveaux permis sont nécessaires. Un pour la mise à 4 voies en Région bruxelloise. Un autre pour la mise à 4 voies en Région flamande. Et enfin, une série de permis de moindre importance pour des aménagements de gare, par exemple". Comme à Waterloo, où la commune a déjà rendu un avis favorable à la construction d'une nouvelle gare agrémentée de nouveaux équipements, dont un parking et de nouvelles voiries d'accès au site. Selon les responsables du dossier, l'état d'avancement de la ligne 161 respecte l'agenda prévu l'an dernier. 

Comme l'indique le schéma en annexe, les travaux sur les deux lignes wallonnes du RER évoluent progressivement, tronçon par tronçon. En dépit de l'optimisme affiché par les élus concernés par le dossier, la prudence reste de mise quant au respect des délais annoncés. Car sur le chemin du RER, les obstacles techniques, juridiques, financiers et politiques ont été nombreux ces dernières années. Reste à espérer que cette fois, l'urgence des enjeux climatiques et de mobilité donneront un coup d'accélérateur (ou d'avancement normalisé) à ce grand projet qualifié par certains de "monstre du Loch Ness".

Archives: Soir première 28/03/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK