Le gouvernement Wilmès va être doté de pouvoirs spéciaux pendant 6 mois

Week-end mouvementé au 16, rue de la Loi. Vers 14 heures, les représentants de six partis (PS, sp.a, MR, Open Vld, CD&V et N-VA) se sont réunis au Parlement fédéral sous la houlette des deux chargés de mission royale, Patrick Dewael et Sabine Laruelle. La famille écologiste et le cdH ont ensuite rejoint la table des négociations dans le courant de la soirée.

Les représentants des différents partis viennent de donner leur aval pour accorder les pouvoirs spéciaux au gouvernement Wilmès. Ce sera ensuite aux députés du Parlement fédéral d'entériner l'accord entre dix partis. On se retrouve donc avec un gouvernement doté de pouvoirs spéciaux comme lors de la crise du virus H1N1 en 2009

Gouvernement d'urgence à programme limité

Les deux chargés de mission royale, Patrick Dewael et Sabine Laruelle, entament la conférence: "L'objectif est de trouver une majorité parlementaire", explique Patrick Dewael.

Le président de la Chambre souligne également l'impact économique de la crise coronavirus et souhaite qu'un gouvernement puisse prendre des mesures à ce sujet : "C'est la première ministre actuelle, également la future première ministre, qui va proposer un programme restreint à la Chambre. Elle va se concentrer sur la crise du coronavirus: les conséquences budgétaires et les mesures socio-économiques. C'est donc un gouvernement d'urgence avec un programme restreint pour une durée limitée."

"Sophie Wilmès, prochaine formatrice, va demander la confiance du Parlement fédéral. [...] Dix partis vont soutenir le gouvernement Wilmès à condition que la durée soit limitée", a-t-il ajouté. La durée sera de trois mois avec une possible prolongation de trois mois après évaluation. Sophie Wilmès devrait donc normalement être à la tête de ce gouvernement d'urgence d'ici octobre.

Pas de nouveaux ministres

Les partis qui soutiennent le gouvernement Wilmès n'auront pas de postes ministériels. Le nouveau gouvernement sera donc encore constitué des 3 partis actuels: Open Vld, MR, CD&V. Ce sera à Sophie Wilmès, future formatrice, de présenter son équipe au roi.

Ce gouvernement bénéficiera néanmoins d'une large soutien au Parlement fédéral. Sabine Laruelle explique pourtant qu'il ne s'agit pas d'un "chèque en blanc" : il y aura une étroite collaboration avec les autres partis et représentants des États fédérés.

Se dirige-t-on vers un gouvernement de plein exercice? "Ce n'était pas possible d'avoir un accord gouvernemental complet maintenant", explique Patrick Dewael. Mais, selon le libéral, rien n'empêche d'essayer de constituer un programme gouvernemental complet d'ici octobre.

Lundi à 10 heures, les deux chargés de mission royale se rendront auprès du Roi pour faire état de leur mission et le Roi devrait désigner Sophie Wilmès comme formatrice.

Happy end

Ce week-end était plein de rebondissements. Ce samedi, les partis socialistes, libéraux, la N-VA et le CD&V semblaient en bonne voie pour former un gouvernement d'urgence la formation afin de renforcer la lutte contre le coronavirus.

Mais ce dimanche, le PS avait rejeté l'appel d'un gouvernement d'urgence de Bart De Wever. En guise de protestation, le MR aurait aussi lancé le hashtag #KeepSophie sur Twitter. Le parti libéral veut ainsi soutenir les efforts actuels de Sophie Wilmès et ne veut pas changer l'équipe gouvernementale en pleine crise.

Finalement, tout est bien qui finit bien: les chargés de mission royale vont pouvoir se rendre auprès du Roi avec une mission réussie: celle de présenter un gouvernement avec le soutien d'une majorité au Parlement fédéral.