En quoi consiste le "Stroomplan", ce plan de lutte contre la drogue dans le port d'Anvers?

En quoi consiste le "Stroomplan", ce plan de lutte contre la drogue dans le port d'Anvers?
2 images
En quoi consiste le "Stroomplan", ce plan de lutte contre la drogue dans le port d'Anvers? - © DIRK WAEM - BELGA

Le bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever (N-VA), rappelle dans une interview dans le quotidien néerlandais De Volkskrant que le trafic de cocaïne dans le port d'Anvers prend des proportions qui menacent la société. Le président de la N-VA y compare notamment le port d'Anvers à une passoire, où les "requins passent entre les mailles du filet". Pour essayer d'endiguer ce phénomène, le "Stroomplan" va voir le jour. Mais de quoi s'agit-il ?

Depuis son accession au pouvoir, l'homme fort de la N-VA met un point d'honneur à lutter contre le trafic de drogue. Mais, malgré sa "War on drugs", la quantité de tonnes de poudre blanche saisie ne cesse d'augmenter d'années en années. L’an dernier, le SPF finance (en charge des douanes) a communiqué une saisie record de 45,9 tonnes de drogue sur le territoire belge dont 42 tonnes au port d’Anvers.

Pour lutter plus efficacement contre l'importation de drogues via le port d'Anvers, une nouvelle "taskforce" appelée "Kali-team" va voir le jour dans le cadre du Stroomplan. Le gouvernement fédéral avait présenté en grande pompe ce plan en février 2018 en présence de nombreux ministres. Mais ce n'est que cette semaine que ce plan entre en application.

Constituée au départ de 30 et 40 personnes, cette équipe Kali regroupera sous un même toit police fédérale, parquet, inspection sociale et douanes. À terme, elle devrait comprendre entre 70 et 80 personnes. L'idée est d'échanger quotidiennement des informations pour mieux tracer les trafiquants.

Contrôles renforcés

Différents types de contrôle vont voir le jour. Il y aura des caméras avec reconnaissance de plaques d'immatriculation. Tous les containers suspects devront passer à travers "une rue de scan". Les transporteurs qui ne s'y conforment pas recevront une amende. Une liste noire regroupera également les chauffeurs qui ne respectent pas les règles.

Dans le même temps, les employés du port qui occupent "une fonction à risque" feront l'objet d'un screening. Les trafiquants de drogues faisant souvent appel aux dockers pour faire passer la drogue. Les travailleurs portuaires pourront également signaler de manière anonyme toute transaction suspecte dont ils sont témoins. En février, des informateurs ont d'ailleurs reçu des menaces de mort sur des flyers

Au niveau judiciaire, le port reçoit aussi 5 procureurs magistrats d'Anvers qui seront compétents pour tout le territoire du port. Ils s'occuperont spécifiquement des dossiers portuaires.

La collaboration existante avec la Colombie va être étendue avec d'autres pays d'Amérique du Sud, comme le Brésil, l'Équateur et le Panama. La DEA, le service américain de lutte contre la drogue, va également collaborer davantage avec les services belges.

Port d'Anvers : plus de travail pour les douaniers (JT du 11/04/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK