Le front uni francophone se lézarde, la N-VA donne toujours le ton

L'unité politique visiblement très très loin
L'unité politique visiblement très très loin - © Eurapart (Flickr)

On l'entend ça et là, depuis plusieurs jours, chacun se positionner, rappeler ses priorités, insister sur tel ou tel point de son programme politique. Il y a plus d'un an que la Belgique a voté. Toujours pas de nouveau gouvernement. Il y a une certaine agitation. On se croirait presque en campagne électorale.

N-VA et FDF s'opposent à nouveau sur les bourgmestres de la périphérie bruxelloise. Un ministre N-VA récuse un candidat bourgmestre francophone sans même qu'il n'ait posé un seul geste.
 
Plus globalement, côté francophone, le front assez uni jusqu'ici laisse apparaître quelques lézardes. Si, sur le plan communautaire, chacun parle plus ou moins d'une même voix, le MR fait entendre sa différence sur le plan socio-économique.

Pour lui, la gauche (PS et ses alliés fidèles Ecolo et cdH) sont responsables des blocages en Belgique au niveau économique.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Laurette Onkelinx (PS) dénonce l'arrogance du MR. Dans le Soir de ce mercredi, Jean-Michel Javaux s'en prend au "binarisme" de Charles Michel.

Sur ces thématiques, comme sur l'immigration, le MR se dit proche de la N-VA. Ce qui ne va pas sans mal en interne, les FDF ayant aussi marqué leur différence sur la loi sur le regroupement familial.

En Flandre, la N-VA domine le paysage politique 

Bart De Wever en appelle depuis quelques temps à la constitution d'un front flamand. Ou plutôt en réalité à une concertation de la droite démocratique flamande.


Les nationalistes donnent le ton. Les libéraux dans l'opposition à la Région espèrent y évincer les socialistes. Les chrétiens-démocartes peinent à exister.

En attendant, le formateur Elio Di Rupo poursuit son deuxième tour de rencontres avec les présidents de partis. Il recevra ce mercredi les présidents du s.pa et du cdH, Caroline Gennez et Joëlle Milquet, ainsi que le président de Groen!, Wouter Van Besien. Il verra ce jeudi le président d'Ecolo Jean-Michel Javaux.

Alors que de véritables négociations en vue de former un gouvernement n'ont même pas encore commencé, que les agences de notation observent scrupuleusement la Belgique, chacun adopte une posture électorale. Sachant de toute façon, qu'aucune élection n'est possible avant fin octobre.

Ph. Walkowiak

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir