En danger la "norme salariale"? Et d'abord, ça sert à quoi?

La norme salariale c'est quoi ?
3 images
La norme salariale c'est quoi ? - © ALINE BRUGMANS - BELGA

Robert Verteneuil, le président de la FGTB était l’invité de Matin Première ce jeudi. Il dit craindre une norme salariale trop restreinte et une progression des salaires à zéro. Alors qu’est-ce que la norme salariale? Et les craintes du syndicat socialiste sont-elles justifiées?  

La norme salariale est la progression maximale que pourront afficher les salaires dans le secteur privé pour les deux années à venir. Elle est négociée entre les partenaires sociaux à savoir partons et syndicats au sein de ce qu'on appelle l'Accord Interprofessionnels (AIP).

La norme salariale dépend de différents facteurs. Des facteurs régis par la loi du 26 juillet 1996. Cette loi définit l’évolution des coûts salariaux en fonction des évolutions précédentes chez nous et de l'évolution future des salaires de nos trois pays voisins: l’Allemagne, la France et les Pays-Bas. Pourquoi ceux-ci? Simplement parce que la Belgique étant un petit pays, son économie, notamment ses exportations, dépendent fortement de nos trois voisins les plus proches. Et cela, le gouvernement Michel a décidé de le prendre en compte. C’est pourquoi l’année dernière il a modifié cette loi de 1996 pour adapter encore plus précisément nos salaires à ceux de nos voisins allemands, français et néerlandais.

En 2017 et 2018 la norme salariale s’élevait à 1,1 % soit 0,55 % par an. 

Au delà de la norme salariale, les partenaires sociaux doivent aussi tenir compte de l'évolution du coût de la vie via le mécanisme de l'indexation. Une indexation automatique sauf lorsqu'elle est suspendue par le gouvernement. 

Nos salaires vont-ils rester à zéro?

Selon Robert Vertenueil, président de la FGTB, la marge de progression des salaires pourrait rester clouer à zéro en 2019 et 2020. Le syndicaliste se base sur les premiers chiffres du Conseil central de l'économie (CCE). Selon les calculs du syndicats, la marge de progression salariale aurait dû être de 1,4 % pour les deux années à venir. 

Le patron de la FGTB prévient: "dans le contexte actuel, si on doit se retrouver dans l'accord inter-professionnel, avec comme conséquences, une impossibilité de négocier des augmentations salariales dans les secteurs et dans les entreprises, je prédis que ça ne va pas se passer tout seul. Je ne dis pas que la paix sociale est menacée, je le dis au conditionnel, mais si on est pas conscient et qu'on ouvre pas la porte, il pourrait y avoir un problème avec la paix sociale."

Selon les spécialistes que nous avons contacté, il est encore trop tôt pour faire une telle affirmation. Le CCE devrait rendre son rapport complet pour janvier prochain. 

Kris Peeters dément 

A la chambre cet après-midi Kris Peeter, le ministre de l'emploi a répondu aux déclarations du président de la FGTB. "Il est inexacte que le CCE aurait des chiffres provisoires relatif à la marge maximale disponible. Le Conseil est encore occupé avec les calculs suite au fait qu'un nombre de données internationales manquent encore. Le rapport technique sur la marge marginale disponible prêt à la mi-janvier au lieu de la mi-décembre comme la loi le prévoyait". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK