La Flandre sera une République en 2028 selon le message de Noël de Ben Weyts (N-VA)

Lunettes, moustache, couverture à carreaux sur les genoux et quelques rides supplémentaires : Ben Weyts a décidé de voyager dans le temps pour souhaiter ses bons vœux. Dans une vidéo publiée sur son compte Facebook, lministre N-VA de la Mobilité et du Bien-être animal, s'imagine en 2048 dans un monde où il existe une République de Flandre. Une vidéo critiquée sur les réseaux sociaux.

Si certains s'en tiennent aux tweets et aux messages Facebook, d'autres dans le monde politique rivalisent d'imagination pour souhaiter le meilleur à leurs soutiens. C'est le cas de Ben Weyts qui a décidé de publier une vidéo dans laquelle il apparaît plus vieux, entourés de ses petits-enfants à qui il fait le récit des événements des 30 dernières années.

Un Roi de la Wallonie

"Il y a trente ans, il y avait encore des embouteillages. Il y a 30 ans, il y avait encore ... des socialistes, des personnes qui abattaient les animaux sans étourdissement également" raconte Ben Weyts à ses petits-enfants. Une pratique qui s'est arrêtée "le 1er janvier 2019 dans la République de Flandre" explique le ministre N-VA.

Une vidéo-fiction dans laquelle Ben Weyts évoque à travers des anecdotes ses ambitions et sa vision de la Belgique, de la Flandre et de la Wallonie. On peut par exemple lire sur une page de journal tenu par le ministre : "Le Roi Elio II de Wallonie est arrivé en Flandre pour une visite d'État de trois jours. L'apothéose de cette visite est la célébration des 20 ans de bons voisinages entre la Flandre indépendante et le Royaume socialiste de Wallonie."

Deux enseignements de ce faux article du "Beste Standaard": la Wallonie a un Roi à part entière : Elio Di Rupo II. Et la Flandre est indépendante depuis... 2028. De quoi rassurer les militants sur les intentions du parti au niveau communautaire.

Pour Frédéric François, professeur de communication à l'UNamur et l'UCL, cette technique de communication "est beaucoup plus efficace, surtout à l'heure actuelle où le discours ne passe plus". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK