En 2019, la Flandre passe de 308 à 300 communes

En ce jour de l’an neuf, la Flandre ne compte plus que 300 communes au lieu de 308, en 2018. La raison est simple : certaines d’entre-elles ont décidé de fusionner. Cette fusion est devenue officielle en même temps que l’installation de leur nouveau bourgmestre. Baptiste Hupin et Jérémie Bocquet sont allés à la rencontre des habitants de la "nouvelle" commune de Puurs-Sint-Amands.

Située non loin d’Anvers, Puurs-Sint-Amands est le résultat de la fusion des communes de Puurs (17500 habitants) et de Sint-Amands (8500 mille habitants). "Il y a assez de défis comme ça, par exemple, les crèches, les logements sociaux, l’intégration des migrants. Et je suis convaincu qu’une commune un peu plus grande est mieux à même à répondre à ces défis", explique le bourgmestre CD&V, Koen Van den Heuvel.

"Avec les économies d'échelles, on va libérer des budgets ..."

La Région flamande a encouragé ces fusions à coup de subsides mais seules 15 communes auront été séduites par le projet. À vrai dire, ces fusions représentent un risque politique, une perte de mandataires et une perte du sentiment d’appartenance pour les habitants. "Beaucoup de gens auraient voulu donner leur avis sur cette fusion, car ça ne s’est pas fait après une consultation populaire ", nous raconte une habitante. Cela dit, ici à Puurs-Sint-Amands, les habitants semblent plutôt positifs : "Avec les économies d'échelles, on va libérer des budgets pour faire d'autres choses qui sont aujourd'hui faites par deux instances différentes."

Les habitants de ces communes pourront toujours faire leurs démarches administratives à leur guichet habituel, grâce à une décentralisation de l'administration de Sint-Amands. Certains devront cependant changer d'adresse, car plusieurs rues portaient le même nom dans les deux communes. Elles ont été rebaptisées à l'occasion de la fusion.   

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK