Emplois précaires des étrangers: le Mrax dénonce une discrimination endémique

Emplois précaires des étrangers: le Mrax dénonce une discrimination endémique
Emplois précaires des étrangers: le Mrax dénonce une discrimination endémique - © Tous droits réservés

Les personnes d'origine étrangère trouvent de plus en plus souvent un emploi, mais elles décrochent généralement des jobs précaires et mal rémunérés, selon le nouveau monitoring socio-économique publié mardi par le Centre fédéral pour l'égalité des chances et le SPF Emploi. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie (Mrax) y voit "une discrimination endémique au sein du marché de l'emploi" et "réclame des objectifs quantifiés dans les Plans Diversité en entreprises", a-t-il réagi dans un communiqué.

"Les résultats de ce rapport confirment la participation inégale des personnes d'origine étrangère au marché du travail", selon le Mrax. "Le critère de l'origine est surdéterminant dans l'accès à l'emploi et dans la qualité de l'emploi exercé. Nous sommes face à un phénomène de discrimination endémique qui perdure depuis des décennies."

Selon le monitoring, alors que l'emploi des personnes d'origine belge a diminué (-0,5 point de pourcentage) entre 2008 et 2012, celui des personnes d'autres origines a augmenté. Mais cette évolution tend à montrer que les étrangers sont davantage présents dans le segment plus dynamique mais aussi plus précaire du marché du travail. Les temps partiels sont ainsi en hausse et de plus en plus d'étrangers choisissent par ailleurs de travailler en tant qu'indépendant.

Le Mrax en appelle aux autorités politiques et singulièrement au gouvernement bruxellois, rappelant "ses engagements pris dans le cadre de son accord de gouvernement ainsi que dans son plan 2025 qui impose aux entreprises l'adoption de "Plan diversité" intégrant des objectifs quantitatifs visant à l'embauche de personnes issues des quartiers socio-économiquement défavorisés."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK