Emplois menacés chez Proximus: "Je n'accepte pas cette situation de fait accompli"

Charles Michel : "il doit y avoir aussi la nécessité de préparer la concertation sociale et éviter les licenciements secs"
Charles Michel : "il doit y avoir aussi la nécessité de préparer la concertation sociale et éviter les licenciements secs" - © DIRK WAEM - BELGA

Présent à la cérémonie du Manager de l’année, Charles Michel s’est exprimé concernant la situation de Proximus. C’est la première fois que, le premier ministre évoque ces possibles suppressions d’emplois. 

"J’ai pris connaissance, hier après-midi, des intentions exprimées par le management de l’entreprise... Au nom du gouvernement, nous n’acceptons pas cette tentative de fait accompli, ni sur le fond ni sur la forme."     

Afin d’avoir davantage d’éclaircissement, Dominique Leroy, la patronne de Proximus a été convoquée en présence des ministres de l’économie et des télécoms, ce mercredi matin. 

À la sortie de cette réunion, Kris Peeters a déclaré que cette restructuration envisagée impliquerait 1900 départs et 1250 embauches. "Nous n’avons pas eu, encore, toutes les réponses à nos questions", précise le premier ministre. "Une entreprise comme Proximus doit effectivement s’adapter et se préparer aux nouveaux défis technologiques. C’est une réalité. Néanmoins, il doit y avoir aussi la nécessité de préparer la concertation sociale et éviter les licenciements secs. Ce point est extrêmement important à mes yeux."

Préserver l'emploi

Pour le gouvernement fédéral, l’objectif est, d’ici ces prochains jours, de tout faire pour tenter de préserver l’emploi et de garantir un dialogue social entre les syndicats et la direction de l’entreprise publique autonome.

Le premier ministre n’a pas souhaité s’exprimer davantage sur la situation de Proximus. "Il s’agit d’une entreprise cotée en bourse, cela impose donc une certaine réserve dans la communication", conclue Charles Michel.

Pour rappel, le cours de l’action de Proximus a été suspendu en attente d’une communication du management de l’entreprise prévue ce jeudi matin. Le premier ministre s’exprimera davantage sur la situation de Proximus ce jeudi lors des questions/ réponses en séance plénière à la chambre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK