Emmanuel Macron invité par le roi Philippe à rencontrer un "autre" Molenbeek (vidéos)

Emmanuel Macron et sa femme Brigitte ont visité, à l'invitation du roi Philippe et de la Reine Mathilde, le centre LaVallée, une ancienne blanchisserie reconvertie en 2014 en espace de travail et de rencontres pour entrepreneurs créatifs.

Le couple présidentiel français, accompagné du roi et de la reine, est arrivé aux alentours de 9h ce mardi au centre LaVallée.

Une table ronde y était organisée, avec une vingtaine de personnes, parmi lesquelles des jeunes entrepreneurs de la commune, en ce compris le ministre président de la région de Bruxelles capitale, Rudi Vervoort (PS) et la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans (MR). 

Quatre tables de discussion ont suivi, avec des acteurs des associations actives dans le domaine social au sien de la commune.

Quelques mots du Roi Philippe:

Un important dispositif de sécurité avait été mis en place. Une centaine de personnes accompagnaient le couple royal ainsi que le président français et son épouse.

Autre image de la commune de Molenbeek

Cette visite était surtout pour le roi Philippe l'occasion de montrer au président français, et aux médias de l'Hexagone, une autre image de la commune.

Emmanuel Macron, son épouse Brigitte, le roi Philippe et la reine Mathilde ont été reçus dans l'espace de coworking "SMart/LaVallée", une ancienne blanchisserie de 6000 m2 transformée en bureaux et ateliers occupés par quelque 150 jeunes artistes et entrepreneurs des métiers de la culture. "Cela me tenait à cœur de vous emmener ici" pour "vous montrer que la créativité donne l'espoir", a expliqué le roi Philippe à Emmanuel Macron.

La commune bruxelloise pointée du doigt par les médias français comme un fief de djihadistes,  après les attentats parisiens de novembre 2015.

Interview d'Emmanuel Macron, à la suite de la rencontre de Molenbeek (VRT):

Cette visite offre l'opportunité d'améliorer l'image de Molenbeek, une commune de près de 100 000 habitants qui, bien qu'étant située à seulement un km du centre de Bruxelles, est l'une des plus pauvres du pays. Elle est désormais connue à l'étranger comme la ville de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos jihadistes qui ont attaqué Paris le 13 novembre 2015 (130 morts)

Ce n'est pas juste de regarder uniquement Molenbeek au prisme des mauvais évènements

"Ce n'est pas juste" de regarder uniquement Molenbeek au prisme "des mauvais évènements", a commenté Emmanuel Macron. En qualifiant de "formidable" le travail des associations qui "permettent aux habitants d'avoir des opportunités" de s'épanouir dans leur quartier. Le site de "LaVallée" a été ouvert en 2014 par "une petite association créée en 1998 pour aider les artistes à développer leurs activités", a expliqué Sandrino Graceffa, son administrateur.

Vingt ans plus tard, elle se présente comme "la plus importante entreprise partagée de travailleurs autonomes en Europe", à qui elle offre "un cadre sécurisé et solidaire" pour exercer leur métier.

L'association est désormais présente dans plus de 40 villes de neuf pays européens. Quelques heures avant cette étape du président Macron, un policier a été poignardé dans le centre historique de Bruxelles, sans qu'aucun lien ne soit toutefois établi avec la visite officielle. Le policier a été légèrement blessé et ses collègues ont répondu en tirant sur l'agresseur, qui a été maîtrisé.

En fin de matinée, le président français est attendu à l'université de Louvain-la-Neuve, en Wallonie, où il répondra avec le Premier ministre Charles Michel aux questions de 800 étudiants, notamment sur l'Europe.

Il terminera sa visite d'Etat par une rencontre avec un échantillon des quelque 250 000 Français installés en Belgique.

"Photo de groupe" après la rencontre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK