Elio Di Rupo devrait quitter la présidence du PS vers le 20 octobre

Deux jours après sa prestation de serment au titre de ministre-président de la région wallonne, Elio Di Rupo annonce que le PS désignera dans les prochaines semaines, fort probablement le week-end des 19 et 20 octobre, son successeur à la tête du PS. Et qu’il se retirera alors des négociations au fédéral. "Je vais tout faire pour que l’on tienne l’élection pour la présidence du PS le week-end des 19 et 20 octobre. Nous devons élaborer un planning précis et le bureau du Parti va lancer les opérations soit mercredi, soit jeudi soir."

Pas d’option pour le remplacer, mais le nom de Magnette clairement cité

Pas question pour autant de déclarer son option favorite pour la succession à la présidence. "Je n’ai pas à choisir. Tout ce que je peux dire, c’est que depuis dix ans, je travaille avec Monsieur Magnette. Et même jour et nuit depuis cent jours. J’ai trouvé ses facultés tout à fait remarquables, j’ai été impressionné. Il est une fabrique à solutions. En toutes circonstances, il est positif et tente de trouver une solution. C’est une très grande vertu en politique."

Au fédéral ? Je n’aurai pas vocation à être une belle-mère

Et sa contribution aux négociations autour de la formation d’un gouvernement fédéral ? "D’ici au 20 octobre, j’accompagnerai les deux négociateurs au fédéral, Messieurs Magnette et Marcourt. Une fois que je ne serai plus Président de parti, je n’aurai pas vocation à être une belle-mère."

La présence de la N-VA ne dépend pas des Francophones

Au micro de la RTBF, Elio Di Rupo appelle à la formation d’un gouvernement dans des délais courts. Avec le PS, mais sous conditions : "Nous avons déjà indiqué à maintes reprises quelles étaient nos préférences. Une majorité au fédéral avec quatre familles politiques sans la N-VA. Si ça n’est pas possible, la N-VA s’imposera à la table des négociations". Tout va dépendre des partis néerlandophones et notamment du CD & V et de l’Open Vld. La N-VA ne dépend pas des Francophones. Si ces deux partis estiment qu’ils ne peuvent aller au fédéral sans la N-VA, en d’autres termes, ils amènent la N-VA au fédéral…"

Tout le programme du PS ne peut se retrouver dans un accord au gouvernement fédéral, mais "nos propositions essentielles doivent y être, notamment la baisse de la TVA sur l’électricité, l’augmentation de pensions pour une carrière complète à 1500 euros et d’autres mesures… Nous ne pouvons accepter de ne pas avoir la marque socialiste dans un gouvernement."

Churchill avait 75 ans

A 68 ans, Elio Di Rupo entame un mandat de cinq ans.

A la Région, les représentants socialistes ont 38 (Pierre-Yves Dermagne) et 42 ans (Christie Morreale). Son âge, il l’évoque plus ouvertement aujourd’hui : "je sors d’une élection où dans la province du Hainaut 125.000 personnes ont directement voté pour moi. Ça veut dire qu’elles demandent que j’assume des responsabilités. L’âge n’a aucune signification. A 75 ans, Churchill a eu son dernier mandat de ministre. Et je peux citer d’autres exemples. Ça ne m’agace pas qu’on revienne avec ça, mais je trouve cela ridicule. Il y a des jeunes qui sont brillants et d’autres qui sont moins brillants. Il y a des personnes plus âgées qui ont des capacités et d’autres qui n’en ont pas.
Tout dépend de la santé et de la faculté mentale, mais chacun de nous est différent."

"Je n’aime pas le dossier Nethys"

Stéphane Moreau et sa clique (pour reprendre l’expression de Jean-Marc Nollet ce samedi sur "La Première"), doivent-il effectivement quitter Nethys ?

"C’était prévu dans les résolutions du Parlement, cela doit se produire. Je n’entre pas dans le dossier sans avoir été parfaitement éclairé. J’en suis pour le moment à la phase d’interrogations. Nous avons l’intention cette semaine d’adresser à Nethys et à Enodia (ex-Publifin) une liste de questions très précises. Nous en discuterons jeudi au gouvernement et nous allons aviser en fonction des réponses reçues. Nous allons travailler par étape. J’entends les rumeurs, mais ce sont des rumeurs et j’attends que l’on nous confirme un certain nombre de points. C’est un dossier que je n’aime pas, mais je veux le traiter avec toute la rigueur qui s’impose."

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK