Elio Di Rupo (PS): "Nous voulons mettre en place un nouveau pacte social"

Le Parti socialiste se réunit à Baudour dans le Hainaut à l'occasion de la fête du travail. Elio Di Rupo, président du PS, n'est pas tendre envers la majorité fédérale: "Nous sortirons d’une législature fédérale dictée de bout en bout par une politique durement néolibérale. Une politique destructrice, dévastatrice pour toutes les avancées sociales que nous avons conquises au fil des décennies."

"Il ne se passe pas un jour sans que le gouvernement MR N-VA ne détruise un morceau de notre Sécurité sociale. Inébranlablement, méthodiquement, le gouvernement fédéral réduit les droits des patients, des pensionnés, des demandeurs d’emploi", poursuit-il.

14 euros minimum/heure

Pour 2019, l'une des priorités du parti socialiste est de mettre en place un nouveau pacte social. Dans ce pacte, il prévoit de faire passer le salaire horaire minimum des 9,5 euros actuels à 14 euros. Elio Di Rupo veut mettre fin à "l'ultralibéral Alexander De Croo" qui laisse les multinationales "imposer à leurs travailleurs des sous-statuts".

Dans le même temps, le PS souhait soutenir les personnes qui veulent créer leur propre emploi en leur proposant un service d’aide juridique, comptable et de gestion.

Dans le secteur des soins de santé, les socialistes revendiquent la gratuité des soins de santé chez le médecin généraliste et le dentiste.

Pension à 65 ans

Le PS ne veut plus que des travailleurs touchent des revenus inférieurs au seuil de pauvreté. Il propose ainsi un bonus social généralisé. Il s'agira d'"un complément de salaire qui garantira à tout travailleur des revenus supérieurs à 110% du seuil de pauvreté, soit 1.226 euros par mois pour une personne seule".

Elio Di Rupo veut faire fi des plans du fédéral concernant les pensions. "Nous ferons tout pour ramener l’âge légal de la pension à 65 ans", assure-t-il. 

Les critiques envers le gouvernement fédéral fusent. Le gouvernement Michel "aura offert des cadeaux somptueux aux forts, aux riches et aux puissants". Le parti socialiste se veut être le "camp du progrès" vis-à-vis du MR qui est "celui du Monde des Riches qui engendre Misère et Régression".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK