Elio Di Rupo: "Le Premier ministre accuse faussement Paul Magnette"

Elio Di Rupo (PS): "Le Premier ministre accuse faussement Paul Magnette"
Elio Di Rupo (PS): "Le Premier ministre accuse faussement Paul Magnette" - © Tous droits réservés

Attaqué sans détours ce jeudi matin dans la presse par le libéral Denis Ducarme, Elio Di Rupo l’homme fort du parti socialiste a vivement répondu à ces déclarations. "C’est dommageable, qu’un chef de groupe rompe ainsi l’unité nationale demandée par son Premier ministre et que nous avions appuyée", déclare Elio Di Rupo.

Après les attentats de Paris, l’enquête franco-belge a rapidement mené à Molenbeek. Mais c’est autour de la gestion de la commune que les regards se sont tournés, avec un homme dans le viseur, le socialiste Philippe Moureaux. "Quand on parle des opérations à Verviers, on se félicite, mais quand on évoque Molenbeek, on tacle Philippe Moureaux. Reporter le dégout de la vie de ces jeunes sur la personne de Philippe Moureaux, c’est le degré zéro de l’analyse", estime le président du PS.

Mesures fédérales: le PS appuiera, mais suggère aussi

Trois semaines après les évènements parisiens, les opérations policières en Belgique, les mesures décidées par le gouvernement Michel, le relèvement du niveau de menace et puis son abaissement dans le pays, toutes ces mesures fédérales doivent désormais être débattues au Parlement, mais aussi au sein de la commission temporaire sur " la lutte contre le terrorisme ". "Le PS a toujours assumé et appuiera toute les bonnes propositions prises par le gouvernement. Nous sommes en ce moment en train de les examiner"

Pour l’ancien Premier ministre, il faudrait davantage d’effectifs pour les polices locales pour plus de collaboration avec les services de renseignements et renforcer en personnel la Sureté de l’Etat. 400 millions d’euros ont été débloqués par le fédéral, mais des moyens supplémentaires sont nécessaires sur le long terme et ne faudrait pas toucher à la sécurité sociale pour y parvenir. "Mais ce qu’il manque c’est un monsieur ou une madame anti-terrorisme à la police. Quelqu’un qui coordonne l’ensemble des données récoltées", suggère le bourgmestre de Mons.

La N-VA est responsable

En début de semaine, alors que Charles Michel se présente à la tribune de la COP21, la Belgique n’a toujours pas d’accord sur la répartition de l’effort climatique entre Fédéral et Régions. Annoncé dimanche, le deuxième pré-accord est, lundi, torpillé par le gouvernement flamand. Aujourd’hui à la Chambre, Charles Michel a accusé la Wallonie d’avoir rejeté l’accord intra belge. "J’ai vécu les choses en direct avec le ministre-président wallon et Paul Furlan. Et c’est bien la N-VA qui dit non et envoyé le Premier ministre à Paris sans accord (…) Le Premier ministre accuse aujourd’hui faussement Paul Magnette. Il possède les documents pour le prouver", confie Elio Di Rupo, avant d’ajouter "Le Premier ministre doit être au-dessus de la mêlée, je comprends qu’il se sente humilié, mais il doit se grandir et ne pas accuser l’une ou l’autre région. Chacun a sa manière de s’exprimer, mais il n’aurait pas dû avoir son doigt accusateur. La responsabilité incombe à la N-VA".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK