Elio Di Rupo: "L'Union européenne, c'est nous! Avec nous, et pour nous!"

"Il y en a qui parlent de l'Union européenne comme s'il n'existait que Dieu, l'Union européenne et puis les autres qui devraient subir les décisions", a martelé vendredi le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse organisée à l'issue du sommet européen.

"Mais l'Union européenne, c'est nous! Avec nous, et pour nous! Nous participons à la prise de décision!", a insisté Elio Di Rupo, soulignant le caractère démocratique de cette position du gouvernement, "soutenue par une majorité au Parlement".

Même si la Belgique n'entend pas suivre les recommandations de la Commission sur les retraites ou l'indexation -"qui fait partie de nos traditions"-, cela ne l'empêche pas d'être un "pays extrêmement sérieux" qui enregistre des "résultats remarquables", a-t-il jugé.

Et Elio Di Rupo de pointer "la rigueur budgétaire dont (la Belgique) ne dévie pas" et l'action de son gouvernement pour limiter l'inflation, notamment par une contrainte sur les prix de l'énergie.

"On pensait qu'il y aurait deux sauts d'index cette année. Mais on n'en aura peut-être aucun...", s'est-il félicité.

Indexation et âge de la pension

Pour la deuxième année consécutive, la Commission européenne a recommandé à la Belgique en mai dernier, dans le cadre du Semestre européen de coordination économique, de réviser le système d'indexation automatique des salaires, et de retarder l'âge de la pension.

Même si ces changements n'ont pas été intégrés dans l'accord de gouvernement, ces recommandations suscitent la polémique au sein de la majorité, la droite du gouvernement appelant à leur application intégrale par souci de compétitivité, la gauche s'insurgeant contre toute atteinte à l'indexation des salaires.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK