Elio Di Rupo et Paul Magnette : des partenaires parfois adversaires

Elio Di Rupo et Paul Magnette : des partenaires parfois adversaires
Elio Di Rupo et Paul Magnette : des partenaires parfois adversaires - © THIERRY ROGE - BELGA

Au mois de mai dernier, le Soir titrait, parlant d’Elio Di Rupo et de Paul Magnette, "Duo infernal, duo d’enfer". Difficile en effet d’ignorer qu’entre ces deux hommes, ce n’est pas toujours l’harmonie parfaite. Même s’ils affirment regarder dans la même direction, les deux hommes forts du PS ont des approches stratégiques parfois différentes. Au mois de juin, le président du parti n’exclut pas de discuter avec la N-VA. Le soir même, Paul Magnette, le co-négociateur du parti réagit sur le plateau de "Jeudi en prime" et déclare : "Nous ne négocierons pas avec la N-VA". Paul Magnette se pose comme l’homme de la base, celle qui réclame un repositionnement plus à gauche.

Pas une première…

Les tensions entre Elio Di Rupo et Paul Magnette ne datent pas des élections. Avant le scrutin, la décision d’Elio Di Rupo de figurer en tête de liste de législatives dans le Hainaut, avait fait grincer des dents et notamment dans le camp des partisans de Paul Magnette. Il était en effet prévu qu’Elio Di Rupo tire la liste européenne. Ce revirement est très mal vécu par le bourgmestre de Charleroi, il refuse de faire de la figuration et exige la tête de liste européenne, un statut de porte-parole du parti et un calendrier pour la succession à la tête du parti après l’été 2019.

Tout avait si bien commencé

Dans son édito du 30 mai dernier, Nicolas De Decker du Vif/L’Express est revenu en détail sur le début de collaboration politique entre Elio Di Rupo et Paul Magnette. Le premier va chercher le second à l’Université Libre de Bruxelles. Un professeur pour sauver Charleroi. Paul Magnette devient ministre wallon dès l’été 2007. En 2009, il entame sa première élection régionale. Tout va bien entre les deux hommes. En fait, les premières tensions apparaissent quand Elio Di Rupo perd son poste de Premier ministre et redevient président de parti. Une très mauvaise idée pour Paul Magnette.

Depuis, les élections sont passées par là. Et Paul Magnette confirme encore un peu plus son image de successeur à la présidence d’Elio Di Rupo. Elio Di Rupo qui devrait donc poursuivre sa carrière à un autre niveau de pouvoir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK