Nethys: duel musclé entre socialistes sur le plateau d'"A votre avis"

Qui défend encore quoi dans l'affaire Nethys ? Ce mercredi soir, sur le plateau de l'émission 'A votre avis', sur la Une, plusieurs ténors du PS liégeois s'affrontaient. Muriel Targnion, bourgmestre de Verviers et présidente d'Enodia, a défendu les ventes et le management de l'intercommunale. Face à elle, le bourgmestre PS de Wanze Christophe Lacroix, a défendu la position du gouvernement wallon de casser les ventes.

Qu’en est-il de la relation professionnelle entre François Fornieri et Stéphane Moreau ? Le premier devait mettre le second à la tête d’un consortium liégeois. Un consortium comprenant deux sociétés de Nethys, Win et Elicio. François Fornieri l’explique, ce n’est plus d’actualité : "Suite à l’émoi populaire, Stéphane fait un pas de côté. Il ne sera pas administrateur délégué, mais travaillera pour moi de manière indirecte, comme consultant".

François Fornieri détaille la procédure visant à indemniser le management de Nethys pour l’interruption de leur activité. On parle de 500.000€ pour les cinq membres du comité de direction de l’entreprise (Stéphane Moreau, Pol Heyse, Jos Donvil, Bénédicte Bayer et Frederic Vandeschoor).

Prise illégale d’intérêt, abus de biens sociaux… Les accusations qui accablent Nethys sont nombreuses. Cela inquiète-t-il Muriel Targnion (PS), la présidente du Conseil d’administration d’Enodia, maison mère de Nethys ? Sa réponse : "Un travail considérable a été fait. Les communes et la province ont investi à une époque un peu plus de 130 millions d’euros dans Nethys. Aujourd’hui, 15 ans plus tard, elle en vaut 3 milliards". Muriel Targnion qui avance aussi un résultat positif en termes d’emplois. Une défense du modèle Enodia/Nethys ?

Toujours dans une démarche de clarification et/ou de justification, Muriel Targnion explique la raison d’être de ce mélange d’argent public et privé.

Quoi qu’il en soit, ces discours ne convainquent pas la partie adverse, représentée sur notre plateau par Christophe Lacroix (PS), bourgmestre de Wanze et François Desquesnes, chef de groupe cdH au Parlement wallon. Pour eux, les problèmes d’opacité restent prédominants. Christophe Lacroix va jusqu’à qualifier l’attitude de Muriel Targnion de schizophrène : "D’un côté elle dit défendre les communes et la province, de l’autre elle défend le management".

Deux médias français avaient été acquis par Nethys : "La Provence" et "Nice Matin". Qu’en est-il ? François Fornieri rassure : "Ces deux médias ont été revendus au prix que nous les avions payés. Pas de perte sur ces acquisitions".

Dimanche, le gouvernement wallon a annoncé avoir cassé ces transactions et transmis le dossier au parquet fédéral. Alors est-il encore possible de discuter, ou ce dossier terminera-t-il dans un tribunal ? François Fornieri, lui, croit encore au dialogue, mais affirme que ses appels à la discussion envers Elio Di Rupo et Pierre-Yves Dermagne sont restés sans réponse.

Le dossier Nethys est revenu sur le devant de la scène en septembre avec des révélations dans la presse que Nethys avait conclu des accords pour vendre ses filiales Voo, Elicio et Win sans en avertir sa maison mère Enodia.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK