Electrabel "empêché de baisser ses prix"

Évoquant la contribution de 250 millions d'euros que les électriciens paient pour le bénéfice né de l'amortissement des centrales nucléaires, Sophie Dutordoir affirme avoir proposé au gouvernement de payer ce montant aux clients sous forme de réductions, ce que le gouvernement aurait refusé. Selon elle, le gouvernement compte faire passer cette taxe à 550 millions d'euros cette année.

Pour ne pas porter préjudice à la concurrence?

Dans les deux quotidiens, La CEO d'Electrabel Sophie Dutordoir voit Johan Vande Lanotte comme le chef d’orchestre  de la chute de la compagne électrique.

Le gouvernement souhaiterait, selon elle, qu'Electrabel garde des prix élevés pour ne pas porter préjudice à ses concurrents et qu'un marché existe. Et cela au détriment des ménages.

Sophie Dutordoir juge en outre "populiste" la façon avec laquelle on s'adresse à son groupe, "qui emploie 7000 personnes et qui a envie d'investir dans notre pays". "Quand je demande (au ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte, sp.a) quel est son problème avec Electrabel, je m'entends dire qu'il n'en a ni avec Electrabel ni avec moi, mais que je lui suis juste utile électoralement", affirme encore la patronne de cette filiale du groupe français GDF Suez. Electrabel dit avoir perdu 300 000 clients en électricité depuis le début de l'année et en a gagné 100 000. En gaz, les chiffres sont de 200 000 clients perdus et 55 000 gagnés, preuve selon Sophie Dutordoir que le marché est très dynamique.

Relancer les centrales nucléaires à l'arrêt?

Pour la CEO, un redémarrages des centrales est possible, "mais pas en mettant la pression sur les gens. nous mettons tous les moyens en place. Cela prendra le temps qu'il faut Ce n'est pas parce que l'on ne connaît pas ce qu'on l'on a détecté que c'est négatif".


RTBF et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK