"Electrabel a le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la ministre"

Le citoyen, selon Jean-Marc Nollet, paiera la note de la réactivation de Doel 1 et de la prolongation de Doel 2 (entre 600 et 700 millions d'euros) pour dix ans et continuera à devoir dépendre d'une énergie nucléaire (que l'on sait potentiellement dangereuse) et produite par des centrales vétustes. Dans le même temps, "Electrabel a le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la ministre (Marghem)", estime-t-il. "Le beurre avec la relance de Doel 1, l'argent du beurre puisque c'est le citoyen qui paiera les 700 millions que cela coûte et le sourire de la ministre qui laisse d'autre part Electrabel fermer ses centrales thermiques", conclut un Jean-Marc Nollet résolument offensif.

"Veuillez s’il vous plaît participer à ce travail"

Des attaques qui n'ont pas déstabilisé outre mesure la ministre fédérale. "Monsieur Nollet, vous n’aimez pas l’entendre mais le nucléaire n’est ni le problème, ni la solution. La solution c’est un mix énergétique. Je n’attends pas pour le mettre en place, je réagis à court terme pour l’ensemble de la population et entre-temps, je prépare d’autres solutions de long terme via mon pacte énergétique. Veuillez s’il vous plaît participer à ce travail", a rétorque une Marie-Christine Marghem qui n'a pas manqué de répondant.

Découvrez l'intégralité de ce débat ci-dessous:

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK