Élections communales: pour son deuxième mandat, Prévot ne veut plus cumuler

Interrogé pour savoir s'il compte mener son mandat de ministre jusqu'au bout (mai 2019, sept mois après les communales d'octobre 2018), Maxime Prévot dit ne rien exclure.
Interrogé pour savoir s'il compte mener son mandat de ministre jusqu'au bout (mai 2019, sept mois après les communales d'octobre 2018), Maxime Prévot dit ne rien exclure. - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Le vice-président cdH du gouvernement wallon et bourgmestre de Namur Maxime Prévot affirme mercredi dans SudPresse qu'il ne cumulera plus les mandats de ministre et bourgmestre lors de la prochaine mandature communale.

Interrogé pour savoir s'il compte mener son mandat de ministre jusqu'au bout (mai 2019, sept mois après les communales d'octobre 2018), Maxime Prévot dit ne rien exclure.

"Cependant, pour mon prochain mandat de bourgmestre, je prends un engagement très clair vis-à-vis des Namurois: je ne serai plus ministre et bourgmestre en titre", affirme-t-il, tout en réfutant toute volonté de démissionner "prochainement" de l'exécutif régional. Dans une précision apportée en matinée à Belga, Maxime Prévot confirme qu'il sera tête de liste aux communales 2018 à Namur et souhaite bien rempiler comme bourgmestre.

Cette situation pourrait générer un accord de transition entre les communales et la fin de la mandature régionale.

Au gouvernement wallon, le ministre-président PS Paul Magnette hésite quant à lui toujours sur son avenir à la tête de Charleroi. Dans un entretien à L'Echo ce samedi, Paul Magnette disait ne pas encore savoir s'il rempilera comme bourgmestre. "Je ne serai pas forcément candidat en 2018, je me pose la question. Et la question, c'est: où est-ce que je peux le mieux servir les valeurs dans lesquelles je crois?"

Paul Magnette et Maxime Prévot ne sont pas les seuls à endosser ce cumul, comme en témoignent les cas d'autres ministres à d'autres niveaux de pouvoir. Ils ont récemment annoncé une clarification des règles à cet égard.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK