Elections: à la droite de la droite, ça se bouscule aussi au portillon

Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang, lors d'un congrès à Bokrijk, le 22 avril 2019
4 images
Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang, lors d'un congrès à Bokrijk, le 22 avril 2019 - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

A l’instar de la gauche de la gauche, à la droite de la droite, on se bouscule aussi au portillon. De nombreuses formations tentent leur chance le 26 mai prochain, une nébuleuse qui se positionne plus à droite que les deux grands marqueurs que sont le MR côté francophone ou encore la N-VA côté néerlandophone. Bref, à droite de la droite, ils sont nombreux à chasser sur les mêmes terres électorales.

La diagonale francophone

En lice côté francophone, le Parti populaire (PP) dispose actuellement d’un siège à la chambre des représentants. Classé à l’extrême droite pour ses positions entre autres en matière d’immigration, le parti de Mischaël Modrikamen a tenté une alliance avec le dissident du MR, Alain Desthexe, mais s’est fait éconduire.

La liste Desthexe, c’est l’invité de dernière minute de ce scrutin. Alain Desthexe, trublion du MR, quitte le parti avec fracas, officiellement pour cause de tiédeur idéologique des réformateurs. Il largue les amarres pour fonder son propre mouvement. Ses listes seront présentes partout en Wallonie et à Bruxelles. En termes de positionnement, Alain Desthexe dit se sentir proche du programme de la N-VA.


►►► À lire aussi : à l’ombre du PTB, la gauche radicale palpite


 

La Droite, fondée en 2010 par des anciens du MR, du PP et des dissidents du cdH, le parti se présente comme libéral, mais se veut plus à droite que le MR sur les questions d’immigrations ou d’intervention de l’état. Le parti fait campagne surtout sur les réseaux sociaux.

Très à droite de la droite, on trouve aussi Nation, fondé sur les principes du « national-solidarisme » (soit, « être solidaire avec ceux qui le méritent dans le cadre de la Nation », le parti a déposé des listes en Wallonie.

Le parti Agir, asbl réactivée par Salvatore Nicotra, constitue principalement un avatar de Front national belge, au sein de laquelle on retrouve plusieurs candidats d’extrême droite élus aux communales et provinciales de 1994.

Et puis pointons aussi quelques atypiques comme la liste Turquoise, présente uniquement dans le Brabant wallon, et son programme résolument anti-taxes.

Le « Belang » tente de sortir de Flandre

En Flandre, on résume traditionnellement la droite de la droite au Vlaams Belang (VB), mais le VB c’est aussi le principal parti d’extrême droite belge. Après une période faste entre 1991 et 2007, le VB a perdu du terrain, éclipsé par le succès croissant de la N-VA. Il semblerait toutefois que le parti, emmené par son jeune et charismatique président Tom Van Grieken, reprenne du poil de la bête. Les derniers sondages le pointent autour des 10% en intentions de vote. Le VB se présente à la Chambre partout en Belgique en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles.

Journal télévisé 04/05/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK