Edwin Zaccaï : "En 2050, Bruxelles devrait avoir le climat d’une ville comme Lyon"

Cette semaine, la série "Démocratie en Question(s)" se pose cette question : nos démocraties sont-elles adaptées à l’urgence climatique ? Avec Edwin Zaccaï, professeur en développement durable à l’ULB, François Massonnet professeur de climatologie à l’UCLouvain et l’écrivain flamand David Van Reybrouck.

Pour le climatologue François Massonnet, c’est clair, si l’on n’agit pas très vite sur les enjeux climatiques, on risque de se retrouver dans 30 ans, 40 ans dans un monde qui ne ressemble plus en rien à ce qu’on connaît aujourd’hui "avec des vagues de chaleurs meurtrières 3 ou 4 fois par an, même sous nos latitudes". D’ailleurs, vu l’inertie du climat, "on ne va pas être capable d’éviter d’y passer pour quelques dizaines d’années, au moins… Mais l’enjeu est d’arriver à éviter ça pour les générations d’après et les faire revenir dans un monde plus soutenable".

Edwin Zaccaï évoque, lui, des modèles "qui disent que nous devrions connaître, à l’horizon 2050, un climat qui est celui de 1000 km plus au sud. Bruxelles connaîtrait donc le climat d’une ville comme Lyon". Et pour ce spécialiste du développement durable il convient, en même temps que de lutter contre le réchauffement climatique de repenser d’ores et déjà nos plantations, notre urbanisation, nos modes de vie en fonction de cette nouvelle donne.

L’écrivain David Van Reybrouck insiste, lui, sur le fait que notre système politique n’est pas adapté à l’ampleur d’une crise comme la crise climatique. "Il est urgent d’inventer des formes de démocratie plus participative, de s’appuyer plus régulièrement et plus directement sur les citoyens pour prendre les décisions courageuses qui vont s’imposer".

 

Écoutez les autres épisodes de "Démocratie en question(s)":

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK