Échec de la réinsertion des ex de Mittal

La réinsertion des travailleurs licenciés dans le cadre de la fermeture des outils d'ArcelorMittal à Liège est laborieuse. Des syndicalistes parlent plutôt d'échec. Les dirigeants d'Udil.be voient plutôt la bouteille à moitié pleine.

Aujourd'hui, seuls 9 travailleurs ont définitivement quitté Udil parce qu'ils ont trouvé un emploi dans le cadre d'un contrat à durée indéterminé, 5 personnes se sont installées sous le statut d'indépendant et 36 autres sont occupées par les entreprises affiliées au groupement d'employeurs. Deux travailleurs ont par ailleurs été licenciés par Udil parce qu'ils ont refusé l'emploi qui leur était proposé.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK