Echanger sa voiture de société contre du cash? Le Scan #7

Echanger sa voiture de société contre du cash ? Le Scan, épisode #7
2 images
Echanger sa voiture de société contre du cash ? Le Scan, épisode #7 - © Tous droits réservés

C'est une des mesures qui a fait beaucoup de bruit. Le gouvernement fédéral propose aux bénéficiaires de voitures de société de l'échanger contre un salaire poche. Le vice-premier ministre MR, Didier Reynders, évoque le montant de 450 euros comme moyenne.

Alors, bon plan ou arnaque ? Cette semaine, "Le Scan" s'est penché sur la proposition.

Malgré une réforme fiscale sous le précédent gouvernement Di Rupo, les voitures de société restent toujours autant attractives. En Belgique, 400.000 voitures de société sont en circulation. La mesure annoncée par l'équipe Michel ne devrait pas y changer grand chose. Comme l'expliquent les interlocuteurs que "Le Scan" a rencontré, peu de monde risque d'être intéressé par le troc si les montants évoqués se confirment. A moins que l'employeur ou l'Etat ne vienne gonfler l'avantage poche. Vu le contexte budgétaire, cela n'est pas à l'agenda.  Le gouvernement a même planifié de réaliser 100 millions d'euros d'économie sur cette mesure.

Le bureau de consultance SD Worx a évalué les coûts pour l'employeur et ce que l'employé pourrait récupérer comme "salaire poche". Les experts ont ensuite comparé ce montant à celui équivalent, selon eux, à l'ensemble des avantages inclus dans l'octroi de la voiture de société. Cette comparaison est édifiante.

Depuis l'annonce, peu de précisions ont filtré sur les détails techniques et pratiques de cette mesure. Cinq ministres du gouvernement fédéral planchent actuellement sur la proposition. Depuis 10 ans, quasiment lors de chaque contrôle budgétaire, la suppression (ou l'adaptation) du régime des voitures de société est mise sur la table. Un vrai tabou politique.

Vous aussi, participez en nous informant et nous interpellant sur des sujets brûlants via Facebook et lescan@rtbf.be !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK