Du Vlaams Belang au PTB, qui sont les nouvelles recrues au Parlement flamand?

De gauche à droite: Jos D'Haese (PTB), Mieke Schauvliege (Groen), Filip Brusselmans (Vlaams Belang)
De gauche à droite: Jos D'Haese (PTB), Mieke Schauvliege (Groen), Filip Brusselmans (Vlaams Belang) - © Tous droits réservés

67 nouveaux parlementaires ont effectué une visite guidée du Parlement flamand ce mercredi. Mais qui sont ces nouvelles têtes ? Zoom sur trois députés flamands issus des fractions gagnantes : le Vlaams Belang, le PTB et Groen.

Il y avait comme un air de rentrée des classes au Parlement flamand ce mercredi. Sur les 124 députés de l’assemblée, 67 nouveaux sont venus assister à une séance d’information sur le fonctionnement du Parlement flamand. Pour 43 d’entre eux, c’est la toute première fois qu’ils exerceront un mandat parlementaire, les autres avaient déjà siégé précédemment dans des assemblées parlementaires.

Filip Brusselmans (VB) contre le pacte de Marrakech

La plupart des nouveaux venus proviennent du Vlaams Belang (VB) : entre 2014 et 2019, ils sont passés de 6 à 23 membres. Parmi eux, Filip Brusselmans. À 21 ans, il est le plus jeune parlementaire. Malgré son jeune âge, il s’était déjà fortement engagé dans le mouvement flamand. Il s’est fait connaître dans les médias, car il était à l’initiative de la marche contre le pacte de Marrakech à Bruxelles en décembre dernier.


>> Lisez aussi : Une petite centaine d’arrestations en marge de la manifestation contre le pacte de Marrakech


Il est également président du KVHV Anvers, l’association d’étudiants flamingants catholiques. À ce titre, il avait écrit une lettre ouverte dans laquelle il critiquait le changement de sexe du présentateur VTM Boudewijn Van Spilbeeck en femme. "Les transgenres sont une anomalie. Ce n’est pas normal de changer de sexe", expliquait-il au magazine Humo.

Jos D’Haese, porte-parole du PTB Anvers

À l’autre extrême du spectre politique, on retrouve la fraction politique du PTB-PVDA. C’est la première fois que des élus de ce parti de gauche radicale font leur entrée au Parlement flamand. Ils sont au nombre de quatre. Jos D’Haese, porte-parole du parti à Anvers, en fait partie.

Il explique à la VRT que son parti compte prendre exemple sur Raoul Hedebouw : "Nous souhaitons mettre en avant les thèmes sociaux. Nous voulons aussi mettre un peu plus d’ambiance, j’ai déjà entendu des journalistes flamands dire que c’est ennuyeux."

Sur les quatre représentants du PTB, deux viennent de la province d’Anvers, un du Limbourg et de la province de Flandre occidentale (Gand).

Mieke Schauvliege (Groen), pas Joke

Groen est la troisième fraction politique à avoir plus de députés que lors de la législature précédente. Les Verts flamands sont passés de 10 à 14 sièges. Mieke Schauvliege, de la région gantoise, fait partie des nouveaux arrivants.

Attention, à ne pas confondre avec Joke Schauvliege, l’ancienne ministre flamande CD&V de l’Environnement qui a démissionné quelques mois avant les élections.


>> Lisez aussi : Joke Schauvliege, l’ex-ministre flamande de l’Environnement qui a accumulé les casseroles


"J’ai mené campagne avec le message "Je veux être la Schauvliege qui fait quelque chose pour le changement"", explique-t-elle à la VRT.

Les autres partis (Sp.a, CD & V, Open Vld et N-VA) ont tous perdu des plumes, mais comptent néanmoins aussi certains nouveaux arrivants. Au niveau de la parité hommes/femmes, l’assemblée flamande compte 59 femmes sur 124 députés, soit 47,6% de femmes. Tous les députés flamands viendront prêter serment mardi prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK