Du cash contre votre voiture de société? Le Conseil d'Etat demande au gouvernement de revoir sa copie

Le Conseil d'Etat n'a pas vraiment aimé le projet d'allocation Mobilité imaginé par le gouvernement Michel. En clair, cette allocation Mobilité signifie du "cash contre la voiture de société". Ce qui reviendrait à permettre aux travailleurs disposant d'une voiture de société de la rendre contre de l'argent, avec les mêmes avantages fiscaux que la voiture. L'avis rendu il y a deux jours par le Conseil d'Etat, repéré par le journal Le Soir, appelle le gouvernement à revoir sa copie.

L'idée, défendue par Charles Michel en personne, plane depuis un an. Elle a été formalisée dans un texte en juillet dernier... même si la majorité n'était pas vraiment univoque sur le sujet, le CD&V se faisant particulièrement tirer l'oreille.

>>> A lire aussi: le Bureau du Plan estime que c'est une mauvaise idée de remplacer la voiture de société par de l'argent

Pas nécessairement efficace

Objectif affiché : réduire la circulation automobile, tout en ne démantelant pas tous les avantages liés aujourd'hui à une voiture de société. Sauf que le Conseil d'Etat rend un avis mitigé sur ce compromis et doute de l'efficacité de la mesure. Pas sûr, dit-il, que ce soit la "méthode la plus efficace" pour lutter contre la congestion automobile. Seuls les convaincus d'une mobilité plus verte et pouvant compter sur des transports en commun efficaces ou des alternatives, rendront leurs clés.

Aucune garantie non plus que l'argent reçu soit réinvesti dans des modes de transport plus durables. Le Conseil d'Etat pointe aussi le risque d'inégalité de traitement fiscal entre contribuables, ce cash-là échappant à l'impôt. Bref, le Conseil d'Etat dit ne pas voir pas de lien entre la mesure et le but affiché.

Reste à voir ce que le gouvernement va faire de cet avis qui n'est qu'un "avis". Passer en force ou mieux justifier son texte ? Seule réaction ce matin : "Nous analysons l'avis du conseil d'Etat."

Ecoutez le sujet de notre journaliste Fabien Van Eeckhaut

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK