"Dragon rouge": voici 50 ans les paras belges sautaient sur Stanleyville

L'intervention de 569 para-commandos a permis de libérer 2375 otages de toutes nationalités (cette photo date de 1963 montre un groupe de mercenaires faisant route vers Stan)
L'intervention de 569 para-commandos a permis de libérer 2375 otages de toutes nationalités (cette photo date de 1963 montre un groupe de mercenaires faisant route vers Stan) - © BELGAIMAGE

Le 24 novembre 1964, une audacieuse opération combinée - aéroportée belgo-américaine ("Dragon rouge") et terrestre belgo-congolaise ("Ommegang") - mettait fin à Stanleyville à la prise en otages de plus de 1600 personnes, dont 525 Belges, par des rebelles congolais.

Cette opération, qui reste sans guère d'équivalent dans l'histoire militaire de l'après-Seconde Guerre mondiale, a permis de mettre fin à la "plus grande prise d'otages du XXe siècle", selon l'expression du consul de Belgique de l'époque à Stanleyville (aujourd'hui Kisangani, dans le nord-est de la République démocratique du Congo), l'ambassadeur à la retraite Patrick Nothomb.

Cette prise d'otages avait débuté trois mois et demi auparavant, le 5 août, par la prise de "Stan" par une rébellion Simba (lion) qui, partie le 15 mai d'Uvira (Sud-Kivu) et progressant à une vitesse fulgurante, s'était déjà emparée de pans entiers du territoire du jeune État du Congo (ex-belge), indépendant depuis quatre ans.

Elle a pris fin le 24 novembre quand 546 paras - 320 membres du 1er bataillon parachutiste, renforcés notamment par des éléments du 2e bataillon commando et placés sous les ordres du commandant du régiment para-commando, le colonel Charles Laurent - sautent sur Stanleyville en deux vagues depuis des avions de transport C-130 américains venus de France. Ils viennent d'effectuer en une semaine - dans un secret quasi-absolu - un long périple de Kleine-Brogel (Limbourg), avec des escales sur l'île britannique d'Ascension, dans l'océan Atlantique, et à Kamina, au Katanga (sud-est du Congo).

Au sol, les paras de l'opération "Dragon rouge" font leur jonction avec la colonne de la 5e brigade mécanisée, alias l'"Ommegang", ainsi nommée en raison de son caractère hétéroclite - elle rassemble en effet quelque 2000 soldats de l'Armée nationale congolaise (ANC), des gendarmes katangais, des Cubains, des volontaires occidentaux, des mercenaires - sous les ordres du colonel Frédéric Vandewalle.

Cette colonne commandée et encadrée par une cinquantaine d'officiers et de sous-officiers belges venait de parcourir par la route 1200 kilomètres en moins de deux mois, libérant déjà une bonne partie du territoire rebelle et sauvant au passage quelques centaines d'otages expatriés.

A Stanleyville, les paras, arrivés en premier, libèrent les otages, au prix de 24 morts belges et américains, principalement lors d'une fusillade sur l'avenue Sergent Ketele avec les Simbas de l'éphémère "République populaire du Congo" auto-proclamée.

Le 26 novembre, les paras rééditent l'opération sous le nom de "Dragon noir" en sautant sur la ville de Paulis, le chef-lieu du district du Haut-Uélé, situé à 350 kilomètres au nord de "Stan" et elle aussi aux mains des rebelles, et mettent les rebelles en déroute. Otages libérés et militaires se replient à Kamina, avant de rentrer en Belgique.

Après la libération de Stanleyville et le départ des para-commandos, l'Ommegang reprend l'offensive et pendant les six mois suivants reconquiert les territoires encore occupés par les rebelles, libérant encore un millier d'otages, se souvient un vétéran, le lieutenant-colonel en retraite Michel Neyt.

Au total, l'intervention de 569 para-commandos a permis de libérer 2375 otages de toutes nationalités au prix de deux morts - l'un à Stanleyville, l'autre à Paulis - et de douze blessés dans leurs rangs. Mais cette rébellion a fait quelque 420 morts parmi les expatriés et des milliers de victimes congolaises, sans compter celles de la répression féroce lancée après la reprise en main des zones libérées par le gouvernement central.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK