Doit-on ouvrir une " salle de shoot " à Bruxelles ?

Doit-on ouvrir une " salle de shoot " à Bruxelles ?  
Doit-on ouvrir une " salle de shoot " à Bruxelles ?   - © © Flickr: Jyssé

La toxicomanie de rue sévit dans toutes les grandes villes du pays. Certaines, comme Liège, ont déjà mené des expériences en proposant des salles de consommation. Le débat est mené en ce moment à Charleroi, Liège, Anvers, et aussi dans la capitale. Et pourtant, l’accord politique nécessaire à la modification de la loi manque toujours. Cela bloque au parlement fédéral. A Liège, le bourgmestre a décidé d’y aller, sans attendre cet accord. Alors Bruxelles compte-t-elle aussi ouvrir une " salle de shoot " ?


Quelle est la réalité sur terrain dans les communes bruxelloises ?  En quoi ces salles de consommation pourraient-elles améliorer la situation ? A l’addiction s’ajoutent la précarité et les troubles psychologiques, quel est l’impact en termes de santé publique ? Est-ce aussi un moyen pour les bourgmestres de réduire les " nuisances " ? Qu’est-ce qui bloque politiquement ?

 

Thomas Gadisseux reçoit Cécile Jodogne, secrétaire d’Etat bruxelloise en charge de l’Aide Médicale Urgente (Défi), Christopher Collin, coordinateur du comptoir d'échange de seringues "Dune", Mathieu Bihet, président des jeunes MR et Pablo Nicaise, professeur à l’institut de recherche Santé et Société (UCL) et auteur d'une étude sur les salles de consommation de drogues.

" Débats Première 100% Bruxelles " en direct ce vendredi 9 février, en direct de 12h20 à 13h sur les ondes bruxelloises de La Première et sur Auvio.

Donnez-nous vos solutions

On attend vos réactions dans Débats Prem1ère, diffusé à midi sur les ondes de La Première:

  • Par téléphone au 02/737.37.07
  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #DebatBXL
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK