Doel 1 et 2: les négociations se poursuivent

Marie-Christine Marghem se dit confiante. Selon elle, une signature avec Electrabel suffit.
Marie-Christine Marghem se dit confiante. Selon elle, une signature avec Electrabel suffit. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Les négociations relatives aux modalités et au montant de la rente nucléaire "se poursuivent en concertation et en bonne collaboration avec le cabinet du Premier ministre", a indiqué lundi le cabinet de la ministre de l'Energie Marie Christine Marghem interrogé au lendemain d'un comité ministériel restreint.

Dans la foulée de la prolongation par le parlement des centrales de Doel 1 et 2, la ministre MR annonçait en juillet un accord de principe avec Electrabel sur la rente nucléaire. La loi de prolongation prévoit cependant qu'une convention soit signée avec l'électricien au plus tard pour le 30 novembre. Dans le cadre de la loi de prolongation, la ministre avait indiqué à plusieurs reprises que cette convention serait bétonnée par une loi. La date du 15 novembre avait été avancée. Au cabinet, on insiste ces derniers jours sur la date du 30 novembre comme échéance de la signature de la convention.

Certains informateurs ont fait état ces dernières semaines de divergences de vues entre partenaires de la majorité dans ce dossier, raison qui aurait poussé le Premier ministre Charles Michel à s'emparer du dossier. Il "s'implique", insiste-t-on au MR, mais la ministre Marghem reste chargée du dossier. Il est important que le chef du gouvernement, qui est "au-dessus de la mêlée", soit présent vu "l'importance" d'une telle négociation, a-t-on encore précisé.

Une course contre la montre
La prolongation de Doel 1 et Doel 2 était au menu d'une réunion du conseil des ministres restreint dimanche soir. Le timing ne semble pas le même pour la ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem (MR) et ses partenaires flamands

Le Premier ministre, les vice-premiers et la ministre de l'énergie ont évoqué les conditions d'exploitation de Doel 1 et 2 jusqu'en 2025. Une convention doit impérativement être signée avec Electrabel, le propriétaire et l'exploitant des réacteurs. Cette convention doit, entre autres, fixer la part de bénéfice qu’Electrabel devra reverser à l'Etat belge. Le temps est compté car cette convention doit être signée avant la fin du mois.

La loi sur le nucléaire prévoit qu’une loi doit intervenir avant le 30 novembre. Marie-Christine Marghem se dit confiante. Selon elle, une signature avec Electrabel suffit. Mais ses partenaires au gouvernement se montrent moins sereins. Selon eux, la convention doit non seulement être signée, mais aussi coulée dans une loi avant la fin du mois, ce qui prendrait beau plus lus de temps.

Pour Alexander De Croo, vice-premier ministre Open VLD, " le timing est serré, mais c’est quelque chose qui, par rapport à un montant important, à la sécurité et la portée dans le temps, mérite que l’on fasse un bon accord. " Mais tout cela doit, selon lui, passer devant le Parlement avant le 30 novembre.

Même discours au CD&V où le ministre Kris Peeters est formel: il faudra faire voter la loi avec toutes les étapes que cela suppose. La course contre la montre est donc engagée si le gouvernement fédéral veut que les deux centrales nucléaires tournent cet hiver.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK