Dix-neuf Congolais et Guinéens expulsés par vol militarisé depuis la Belgique

Un avion survole l'aéroport de Melsbroek
Un avion survole l'aéroport de Melsbroek - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Onze Congolais et huit Guinéens ont été expulsés sans incident mercredi matin vers leurs pays d'origine depuis l'aéroport de Melsbroek. Il s'agissait d'un vol conjoint organisé avec la Suisse, la Finlande, la Suède, la Roumanie et la Tchéquie qui chacune, rapatriait également un ressortissant congolais ou guinéen. Le vol fera une première halte en début de soirée à Conakry avant de gagner Kinshasa, a indiqué mercredi l'Office des étrangers.

"Parmi les dix-neuf personnes rapatriées, huit d'entre elles ont porté atteinte à l'ordre public pour des faits de drogue, vol, faux documents, rébellion et port d'arme notamment. Certaines ont fait l'objet de condamnations", a précisé l'Office des étrangers.

Transparence

Des collectifs citoyens ont dénoncé cette opération et son manque de transparence qui, selon eux, accroît les pratiques abusives voire illégales en matière de détention et d'expulsion.

"Certaines personnes expulsées sont arrivées très jeunes en Belgique et n'ont aucune connaissance de leur pays d'origine. D'autres étaient en Belgique depuis 10 ans et étaient mariées avec des enfants. Il y avait également des personnes atteintes de maladies graves ou chroniques et d'autres encore qui étaient persécutées dans leur pays d'origine en raison de leur opinion politique", a indiqué Solidarité-Migrants.

"Le contexte actuel en RDC est fortement perturbé et la violence extrême est toujours de mise. Les opposants au régime dont certains plus ou moins connus rapatriés sur ce vol, seront dans une position particulièrement critique, feront l'objet de tortures, ou disparaîtront, s'ils sont refoulés dans leur pays d'origine", a conclu l'association.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir