Dix enfants de combattants belges en Syrie doivent recevoir l'aide de l'Etat

Le gouvernement belge doit fournir l'assistance consulaire et des documents administratifs, de voyage et d'identité à dix enfants de Belges partis combattre en Syrie afin de leur permettre de rentrer en Belgique, a décidé mercredi le juge des référés à Bruxelles.

Il s'agit des enfants de Nadia Baghouri, Adel Mezroui, Jessie Van Eetvelde et Sabah Hammani. Les parents ne doivent par contre pas recevoir de documents. En cela, la situation diffère des cas précédents. C'est la première fois qu'une assistance est accordée uniquement aux enfants. En effet, concernant les précédents rapatriements d'enfants de combattants belges, les juges francophones avaient demandé l'assistance consulaire aux enfants ainsi qu'aux adultes qui les accompagnaient. Cette fois, le juge a estimé que les adultes en question étaient partis sur un territoire de conflit de leur propre chef, et qu'ils n'avaient donc pas droit à cette assistance consulaire.

Mohamed Ozdemir, l'un de deux avocats qui a assigné l'État l'Etat belge à ramener en Belgique un terroriste blessé, trois veuves du groupe terroriste Etat islmamique (EI) et leurs dix enfants, explique: "L’État belge ne peut pas décider de laisser les néerlandophones là et de rapatrier les francophones. Ce serait évidemment bizarre. Mais la décision concernant les enfants est la même. Cela augmente la pression sur l’État belge pour passer enfin à l’action."


►►► À lire aussi : Syrie: deux avocats assignent l'état belge pour qu'il mette en lieu sûr un terroriste blessé, trois veuves et 10 enfants


A partir de ce mercredi, l'État belge a six semaines pour se mettre en règle. Une astreinte de 5000 euros par jour de retard et par enfant en cas de retard dans l'exécution de la décision est prévue. Il est possible que l'état belge fasse appel de cette décision.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30